Ecoutez Radio Sputnik
    International

    APCE: la Russie refuse d'approuver le rapport sur l'affaire Magnitski

    International
    URL courte
    Affaire Magnitski (77)
    0 21

    Le rapport sur l'affaire Magnitski, présenté à l'Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE) par le Suisse Andreas Gross, chargé du dossier, a pour gros défaut son imprécision, et la Russie refuse de l'approuver, a déclaré Leonid Soutski, membre de la délégation russe.

    Le rapport sur l'affaire Magnitski, présenté mardi à l'Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE) par le Suisse Andreas Gross, chargé du dossier, a pour gros défaut son imprécision, et la Russie refuse de l'approuver, a déclaré Leonid Soutski, membre de la délégation russe.

    "L'auteur du rapport affirme notamment que Magnitski a été condamné en 2013, or il n'a pas été condamné mais son affaire a été classée en raison de son décès", a indiqué M.Sloutski, ajoutant que "la mort de Sergueï Magnitski était de plus en plus entourée de légendes et politisée.

    Le rapport a été soumis à la Commission des questions juridiques et des droits de l'homme de l'APCE, bien que Magnitski "ne fût pas un militant des droits de l'homme, mais chef comptable".

    Selon le parlementaire russe, tout cela fait penser aux tentatives de dénigrer la Russie.

    Arrêté en 2008 pour fraude fiscale, le juriste du fonds d'investissement Hermitage Capital Management Sergueï Magnitski est décédé en détention provisoire dans une prison de Moscou en novembre 2009 faute d'avoir reçu des soins médicaux. L'affaire a provoqué un fort retentissement en Russie et dans le reste du monde. Les Etats-Unis ont adopté la loi Magnitski qui prévoit des sanctions économiques et des interdictions de visas pour les fonctionnaires russes soupçonnés d'être impliqués dans la mort de l'avocat.

    Dossier:
    Affaire Magnitski (77)

    Lire aussi:

    La Russie promet de riposter à l’adoption d'une «loi Magnitski» par le Canada
    Moscou n’exclut pas un empoisonnement des complices de William Browder, dont Magnitski
    Le parlement canadien adopte une «loi Magnitski» malgré la menace de riposte russe
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik