Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Ukraine: le parti communiste crée un "Front populaire antifasciste" à Kiev

    International
    URL courte
    Manifestations pro-européennes en Ukraine (364)
    0 12

    Un "Front populaire antifasciste" a été créé à Kiev afin de lutter contre les forces néofascistes et néonazies qui opèrent dans la capitale, annonce vendredi le Parti communiste ukrainien.

    Un "Front populaire antifasciste" a été créé à Kiev afin de lutter contre les forces néofascistes et néonazies qui opèrent dans la capitale, annonce vendredi le Parti communiste ukrainien.

    Selon le PC, le Front populaire regroupe des représentants de différentes associations "liées par le principal: la lutte contre la menace de soulèvement fasciste qui monte dans notre pays".

    "L'objectif principal du Front populaire antifasciste dans la capitale est de consolider l'effort hostile aux groupes néofascistes et néonazis, de coordonner et de concevoir des décisions communes pour lutter et contrer ces forces à Kiev, et de créer des milices populaires dans les différents quartiers de Kiev", indique le service de presse du Parti communiste.

    Auparavant, le Parti communiste a déposé un projet de loi au parlement du pays d'interdire l'idéologie néofasciste et néonazie.

    Depuis le 21 novembre, l'Ukraine connaît une vague de protestations populaires déclenchées par la décision du pouvoir de suspendre le processus d'association avec l'Union européenne. Le mouvement de protestation s'est radicalisé à la mi-janvier suite à l'adoption par le parlement d'une série de lois sur les manifestations. Les violences qui s'en sont suivies ont fait trois morts, selon les autorités ukrainiennes. Face à la pression populaire, le président Viktor Ianoukovitch a accepté le 28 janvier la démission du premier ministre Nikolaï Azarov.

    Le noyau dur des protestataires est constitué par les militants ultranationalistes violents de Pravi Sektor ("Secteur droite") et de Spilna Prava ("Cause commune"). Ceux du parti d'extrême-droite Sloboda ("Liberté") ont de leur côté contribué à la mise en place des barricades, à approvisionner les manifestants, et ont soutenu la résistance face aux premiers assauts de la police.

    Le chef de file de Sloboda, Oleg Tiahnybok, a fait adopter par la foule le slogan "Gloire à l’Ukraine, gloire aux héros", cri de ralliement de l’Armée insurrectionnelle ukrainienne (UPA), qui a collaboré avec les nazis durant la Seconde Guerre mondiale.

    Dossier:
    Manifestations pro-européennes en Ukraine (364)

    Lire aussi:

    Les médias mainstream découvrent le fascisme en Ukraine pour s’attaquer à Trump
    Le Monde voit la Main du Kremlin derrière les néonazis ukrainiens
    Ukraine: erreur 404
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik