Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Ukraine: le néonazi Iaroch devrait être empêché d'arriver au pouvoir (Moscou)

    International
    URL courte
    Règlement de la situation en Ukraine (2014) (2149)
    0 51

    Les autorités ukrainiennes et les hommes politiques occidentaux devraient empêcher Dmitri Iaroch, chef du groupe ultranationaliste Pravy Sektor (Secteur de droite) et ses partisans d'arriver au pouvoir, a déclaré dimanche le délégué russe aux droits de l'Homme Konstantin Dolgov.

    Les autorités ukrainiennes et les hommes politiques occidentaux devraient empêcher Dmitri Iaroch, chef du groupe ultranationaliste Pravy Sektor (Secteur de droite)  et ses partisans d'arriver au pouvoir, a déclaré dimanche le délégué russe aux droits de l'Homme Konstantin Dolgov.

    "Les autorités à Kiev et leurs protecteurs occidentaux devraient barrer la route du pouvoir au néonazi Iaroch et à ses partisans" a indiqué le diplomate russe sur son compte Twitter.

    Samedi, le chef de file du groupe ultranationaliste ukrainien Pravy Sektor Dmitri Iaroch a confirmé son intention de se porter candidat  à la présidentielle qui devrait se dérouler en mai en Ukraine.

    Dmitri Iaroch a demandé au chef des terroristes tchétchènes Dokou Oumarov de soutenir le peuple ukrainien par l'organisation de nouveaux attentats en Russie. Son "appel" a été mis en ligne sur la page de Pravy Sektor dans le réseau social russe V Kontakte.

    Moscou a émis un avis de recherche international contre Dmitri Iaroch. Les autorités russes accusent ce dernier d'incitation publique au terrorisme. Cette infraction est passible en Russie d'une peine allant jusqu'à sept ans de prison ferme.

    Dossier:
    Règlement de la situation en Ukraine (2014) (2149)

    Lire aussi:

    Des blindés ukrainiens et de vieux camions de l’Otan dans le Donbass
    Le Congrès US interdit à Kiev de financer les néonazis avec des sommes allouées
    Le Monde voit la Main du Kremlin derrière les néonazis ukrainiens
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik