Ecoutez Radio Sputnik
International

La Chine se tourne vers la Crimée et se montre indépendante vis-à-vis des Etats-Unis (expert)

International
URL courte
05710

Moscou et Pékin ont entamé leur coopération pour construire un port en eau profonde en Crimée, a déclaré l'ambassadeur de Russie à l'UE Vladimir Tchijov. Il s'agir de la première confirmation officielle de l'intérêt russe de voir en la Chine un partenaire pour construire ce port en Crimée.

Moscou et Pékin ont entamé leur coopération pour construire un port en eau profonde en Crimée, a déclaré l'ambassadeur de Russie à l'UE Vladimir Tchijov. Il s'agir de la première confirmation officielle de l'intérêt russe de voir en la Chine un partenaire pour construire ce port en Crimée.

Ce projet a été annoncé en décembre 2013 lors du sommet sino-ukrainien à Pékin. Il s'agit de la construction d'un port en eau profonde près d'Eupatoria avec la participation du capital chinois. La chine est prête à investir 10 milliards de dollars dans la construction du port et son infrastructure. La première étape du projet s'élève à 3 milliards de dollars. Vladimir Tchijov a confirmé que la Chine n'avait pas l'intention de revoir le financement du projet.

Le projet criméen de Pékin a fait beaucoup de bruit à son apparition. La Chine a fait grand pas dans son expansion sur les marchés européens depuis la péninsule de Crimée, a souligné l'expert de l'Institut de la CEI Mikhaïl Alexandrov.

La Chine s'intéresse aux capacités transitaires du port. En décembre, le port était supposé se trouver sur le territoire ukrainien. L'Ukraine s'apprêtait de toute façon signer tôt ou tard un accord d'association avec l'UE et aurait obtenu certains privilèges. Dans ce sens, la Chine aurait pu l'utiliser pour un commerce plus efficace avec l'UE. Bien sûr, dès le départ elle a investi dans le développement technico-économique du projet et compte sur sa poursuite, même si le projet se réaliserait sur un territoire appartenant désormais à la Russie.

De toute évidence, en "restant" en Crimée, la Chine a envoyé au moins deux signaux à ses partenaires étrangers. Le premier – elle n'a pas l'intention de céder à la pression politique de l'Occident et sacrifier ses intérêts commerciaux à cause de la crise ukrainienne. Qui plus est, jouer dans le camp de l'UE contre la Russie, bien que les tentatives de persuader la Chine ne cessent pas. En particulier, c'était l'objectif de la récente visite à Pékin du ministre allemand des Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier.

Le second signal – la poursuite des négociations sur la construction d'un port en eau profonde en Crimée cette fois avec la Russie signifie de facto la reconnaissance par la Chine de la réalité géopolitique actuelle.

Le projet criméen de Pékin s'inscrit dans sa stratégie globale pour renforcer sa présence à travers le monde, estime Mikhaïl Alexandrov :

La Chine veut assurer des conditions favorables pour son commerce et ses investissements. C'est une pratique normale, compte tenu de l'influence géopolitique croissante de la Chine dans diverses régions mondiales. Elle avait même tenté d'acheter des ports aux Etats-Unis, mais on lui a interdit de le faire.

La Chine s'intéresse également aux programmes conjoints pour le développement de l'énergie alternative en Crimée, a déclaré le vice-premier ministre russe Arkadi Dvorkovitch en marge du récent Forum économique asiatique de Boao, au sud de la Chine. Il pourrait être avant tout question de la construction de centrales accumulant l'énergie solaire.

La Chine est le premier fournisseur de panneaux solaires en Union européenne et aux Etats-Unis. Cependant, les entreprises chinoises connaissent ces derniers temps des pertes significatives suite à l'augmentation des taxes de l'UE sur ces produits. Certaines compagnies chinoises ont même été contraintes de fermer leurs entreprises. C'est pourquoi la Chine a récemment refusé d'investir 5 milliards de dollars dans une centrale solaire américaine dans le Nevada. La Chine se tourne vers la Crimée. Tout en montrant aux Etats-Unis l'indépendance de sa position politique.

Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik
Grands titres