Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Russie: Snowden espère une prolongation de son titre de séjour

    International
    URL courte
    0 01

    L'ex-employé des services spéciaux américains Edward Snowden espère que son titre de séjour en Russie qui expire l'été prochain sera prolongé, a annoncé l'avocate de M.Snowden Jesselyn Radack citée par les médias occidentaux.

    L'ex-employé des services spéciaux américains Edward Snowden espère que son titre de séjour en Russie qui expire l'été prochain sera prolongé, a annoncé l'avocate de M.Snowden Jesselyn Radack citée par les médias occidentaux.

    Selon Mme Radack, il y a de "fortes chances" pour que le titre de séjour de son client soit renouvelé, bien que ce dernier souhaite toujours revenir aux Etats-Unis. Or, il sera impossible pour Snowden de rentrer dans son pays tant qu'il y restera accusé de divulgation de secrets d'Etat, a souligné l'avocate.

    "Si le département US de la Justice souhaite un jour en discuter, nous serons heureux", a-t-elle indiqué.

    En juin 2013, Edward Snowden, informaticien de 29 ans, a révélé à deux quotidiens, le Guardian et le Washington Post, l'existence d'un programme informatique secret baptisé PRISM, permettant aux Etats-Unis de surveiller des échanges par mail, messageries instantanées, téléphone et réseaux sociaux des utilisateurs aux Etats-Unis et ailleurs dans le monde.

    Le programme permet à la NSA et au FBI d'accéder à des données concernant des personnes vivant hors Etats-Unis via neuf géants de l'Internet, dont AOL, Apple, Facebook, Google, Microsoft, PalTalk, Skype, Yahoo! et YouTube et l'opérateur téléphonique Verizon.

    Depuis ses révélations, M.Snowden est recherché par la justice américaine. Le 1er août 2013, l'ex-agent de la CIA a obtenu l'asile temporaire en Russie.

    Lire aussi:

    Poutine propose d'accorder l'asile politique à l'ex-chef du FBI
    Poutine: une gaffe des autorités américaines a sauvé Snowden
    Poutine: «Snowden n’est pas un traître»
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik