Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Litige gazier Russie-Ukraine: Kiev serait influencé par un pays tiers (Lavrov)

    International
    URL courte
    Conflit gazier russo-ukrainien (130)
    0 0 0

    Un pays tiers se cacherait derrière la position intransigeante de Kiev sur les négociations gazières avec la Russie, a déclaré dimanche aux journalistes le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

    Un pays tiers se cacherait derrière la position intransigeante de Kiev sur les négociations gazières avec la Russie, a déclaré dimanche aux journalistes le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

    Les autorités ukrainiennes profitent de "l'impunité, car nos partenaires occidentaux, ou au moins une partie d'entre eux, les défendent. Cette impunité se traduit par la morgue dans le comportement des autorités ukrainiennes, y compris vis-à-vis des négociations gazières. Ils rejettent les compromis raisonnables avancés par la partie russe et soutenus par l'UE. Nous ne voulons pas qu'une puissance tierce se cache derrière cette position arrogante et intransigeante de Kiev, bien que nous ayons toutes les raisons de le supposer", a déclaré M.Lavrov.

    "Je n'arrive pas à me défaire de l'impression que soit les Ukrainiens sont conseillés par quelqu'un qui les pousse à cultiver leur intransigeance sur ces questions, soit que  le succès leur tourne la tête", a poursuivi le ministre russe.

    M.Lavrov s'est en outre dit préoccupé par le fait que cette "impunité" est de plus en plus fréquente, rappelant la récente attaque contre l'ambassade de Russie à Kiev et les nombreux cas d'interpellation de journalistes russes en Ukraine.

    Dossier:
    Conflit gazier russo-ukrainien (130)

    Lire aussi:

    Loi sur la réintégration du Donbass: un «crachat au visage du droit international»
    Moscou: l'Ukraine n'est pas un pays civilisé si elle bloque l'accès à l'ambassade russe
    Kiev renoncerait à récupérer Donetsk et Lougansk par la force
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik