Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Emploi de l'armée russe en Ukraine: Poutine propose de retirer l'autorisation

    International
    URL courte
    Règlement de la situation en Ukraine (2014) (2149)
    0 0 0

    Le président russe Vladimir Poutine a proposé au Conseil de la Fédération de retirer l'autorisation d'envoyer les forces armées sur le territoire ukrainien, votée début mars par la chambre haute, a fait savoir le porte-parole du chef de l'Etat Dmitri Peskov.

    Le président russe Vladimir Poutine a proposé au Conseil de la Fédération de retirer l'autorisation d'envoyer les forces armées sur le territoire ukrainien, votée début mars par la chambre haute, a fait savoir le porte-parole du chef de l'Etat Dmitri Peskov.

    La proposition en question est examinée à présent par le Conseil de la Fédération et y sera débattue mercredi 25 juin, a de son côté fait savoir une source au sein de la chambre haute.

    Le 1er mars, à la demande du premier ministre de Crimée Sergueï Aksenov, le Conseil de la Fédération a autorisé le président russe Vladimir Poutine à utiliser les forces armées en Ukraine pour normaliser la situation politique et militaire dans ce pays. Le ministère russe des Affaires étrangères a indiqué que cette décision de la chambre haute ne signifiait pas que ce droit serait nécessairement appliqué. M. Poutine a pour sa part espéré qu'il n'aurait pas à l'utiliser.

    Le chef adjoint de l'administration du président ukrainien, Valeri Tchaly, avait appelé le 20 juin la Russie à abroger la décision autorisant le président à envoyer des troupes russes sur le territoire de l'Ukraine, comme préalable à une reprise de la coopération.

    Dossier:
    Règlement de la situation en Ukraine (2014) (2149)

    Lire aussi:

    Envoi d'armes supplémentaires en Syrie: un non-événement, selon un sénateur
    Kiev recevra-t-il des armes létales de Washington?
    L’administration US brigue l’autorisation de recourir à la force aux quatre coins du monde
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik