Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Ukraine: l'Occident insensible aux violations des droits de l'homme

    International
    URL courte
    Le massacre perpétré dans l'est de l'Ukraine (41)
    0 4310

    La classe politique occidentale est devenue insensible aux violations des droits de l'Homme en Ukraine et fait mine de ne pas remarquer les réfugiés qui s'abritent en Russie pour se protéger contre l'armée ukrainienne, a déclaré mardi le président de la Douma (chambre basse du parlement russe) Sergueï Narychkine.

    La classe politique occidentale est devenue insensible aux violations des droits de l'Homme en Ukraine et fait mine de ne pas remarquer les réfugiés qui s'abritent en Russie pour se protéger contre l'armée ukrainienne, a déclaré mardi le président de la Douma (chambre basse du parlement russe) Sergueï Narychkine.

    "Plusieurs délégués occidentaux (lors des sessions de l'APCE et de l'AP de l'OSCE) se conduisent étrangement. D'habitude sensibles aux problèmes des droits de l'Homme, du droit à la vie, ils font actuellement comme s'ils ne voyaient pas ce qui se passe en Ukraine, comme si la crise, la guerre civile n'avaient pas lieu en plein centre de l'Europe. Ils ne remarquent pas ou font semblant de ne pas remarquer le problème des réfugiés", a indiqué le président de la Douma.

    Selon lui, les Ukrainiens tentent de sauver leur propre vie et celle de leurs proches en se réfugiant sur le territoire d'un Etat voisin.

    "Ils ne les remarquent pas parce que les Ukrainiens s'enfuient non pas de Russie mais fuient vers la Russie, ils fuient devant l'ennemi qu'est devenue leur propre armée", a souligné le parlementaire.

    Dossier:
    Le massacre perpétré dans l'est de l'Ukraine (41)

    Lire aussi:

    Moscou pose une condition à l’augmentation de ses subventions au Conseil de l’Europe
    11 millions d’euros en moins, l’APCE privée d’un tiers des subventions russes
    Des sous-marins russes «à l’assaut de l’Ukraine»? Moscou réagit
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik