International
URL courte
Espionnage du Web par les services spéciaux américains (274)
0 25
S'abonner

L'Agence de sécurité nationale des Etats-Unis (NSA) surveillait beaucoup d'internautes ordinaires pour obtenir des informations sur les utilisateurs cibles des services spéciaux, écrit dimanche le Washington Post basant ces propos sur les données fournies par l'ancien employé du renseignement US Edward Snowden.

L'Agence de sécurité nationale des Etats-Unis (NSA)  surveillait beaucoup d'internautes ordinaires pour obtenir des informations sur les utilisateurs cibles des services spéciaux, écrit dimanche le Washington Post basant ces propos sur les données fournies par l'ancien employé du renseignement US Edward Snowden.

Selon le journal, les informations sur neuf internautes sur dix interceptées par la NSA ne concernaient pas les personnes cibles, dont la surveillance est autorisée par la loi. La plupart des personnes surveillées – quelque 10.000 individus - étaient des Américains ordinaires que les services spéciaux ont mis sous la loupe afin d'obtenir des informations sur des personnes concrètes.

L'édition a précisé avoir en outre obtenu des informations précieuses, notamment sur le programme nucléaire clandestinement mené par un des alliés de Washington, tout en soulignant que ces données ne seraient pas divulguées.

En juin 2013, l'informaticien Edward Snowden a révélé à deux quotidiens, le Guardian et le Washington Post, l'existence d'un programme informatique secret baptisé PRISM, permettant aux Etats-Unis de surveiller des échanges par mail, messageries instantanées, téléphone et réseaux sociaux des utilisateurs aux Etats-Unis et ailleurs dans le monde.

Dossier:
Espionnage du Web par les services spéciaux américains (274)

Lire aussi:

Une Chinoise venant de Wuhan dupe les autorités françaises et entre à Paris avec de la fièvre
Un poisson saute hors de l’eau et transperce le cou d’un pêcheur – photo choc
Poutine rhabille un militaire palestinien en pleine cérémonie – vidéo
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik