Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Crash du vol MH17: Kiev tente de saboter l'enquête (PC russe)

    International
    URL courte
    Crash d'un Boeing malaisien en Ukraine (282)
    0 7 0 0

    Les autorités de Kiev font tout pour saboter l'enquête sur le crash du Boeing 777 malaisien survenu le 17 juillet dans l'est de l'Ukraine, considère le leader du Parti communiste de Russie (KPRF) Guennadi Ziouganov.

    Les autorités de Kiev font tout pour saboter l'enquête sur le crash du Boeing 777 malaisien survenu le 17 juillet dans l'est de l'Ukraine, considère le leader du Parti communiste de Russie (KPRF) Guennadi Ziouganov.   

    "Nous estimons que le Kiev officiel sabote et empêche la tenue de cette enquête. Plusieurs jours se sont écoulés, et pourtant la commission internationale n'a toujours pas entamé l'enquête. [Kiev] fait tout pour dissimuler les traces", a indiqué l'homme politique russe lors d'une conférence de presse à Moscou.

     

    Un Boeing 777 de Malaysia Airlines s'est écrasé jeudi dernier dans l'est de l'Ukraine. L'avion avec 283 passagers et 15 membres d'équipage volait à 10.050 mètres d'altitude. Les autorités de Kiev ont immédiatement accusé les forces d'autodéfense d'être à l'origine du crash, mais les insurgés ont déclaré en réponse qu'ils ne disposaient pas de systèmes capables d'abattre un avion à cette altitude.

    Crash d'un Boeing malaisien en Ukraine

    Le gouvernement ukrainien a invité des représentants des autorités des Pays-Bas et de la Malaisie, de la Commission européenne, du groupe Boeing, de l'ICAO, de l'Eurocontrol  et du Conseil national de la sécurité des transports (NTSB) à prendre part à l'enquête sur la catastrophe. Interpol et Europol devraient également dépêcher leurs agents en Ukraine.

    Dossier:
    Crash d'un Boeing malaisien en Ukraine (282)

    Lire aussi:

    Avocat allemand: «l’Ukraine est responsable du crash du MH17»
    Poutine: les USA ont des données sur le crash du MH17 mais ne les dévoilent pas
    Donetsk transmet les dépouilles et les débris du crash du MH17 aux Pays-Bas
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik