Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Moscou exige la libération des journalistes arrêtés en Ukraine

    International
    URL courte
    Situation explosive dans l'est de l'Ukraine (1212)
    0 0 0

    La Russie exige la libération immédiate des journalistes arrêtés en Ukraine, a déclaré le ministère russe des Affaires étrangères.

    La Russie exige la libération immédiate des journalistes arrêtés en Ukraine, a déclaré mercredi le ministère russe des Affaires étrangères.

    "Quatre journalistes dont un correspondant de la chaîne Russia Today, Graham Phillips (Grande-Bretagne), et un cameraman de l'agence Anna News, ont disparu dans la nuit du 22 au 23 juillet dans la zone d'hostilités dans l'est de l'Ukraine. Selon nos données, ils auraient été capturés par les forces ukrainiennes (...). Nous demandons avec insistance la libération immédiate des correspondants de RT et de l'agence Anna-News", a indiqué le ministère.

    "Cette nouvelle provocation des autorités ukrainiennes visant des journalistes étrangers indépendants montre que Kiev a lancé une campagne contre les représentants des médias qui accomplissent leur devoir professionnel en fournissant des informations véridiques sur les événements en cours dans l'est de l'Ukraine, sur les victimes civiles de l'opération punitive lancée par les forces ukrainiennes dans les régions de Donetsk et de Lougansk", a ajouté le ministère.

    Graham Phillips a déjà été arrêté par la Garde nationale le 20 mai dernier en Ukraine. Il a été remis le 22 mai au consulat britannique. Le journaliste avait lui-même antérieurement déclaré sur Twitter que sa tête avait été mise à prix pour 10.000 dollars par les forces pro-Kiev.

    Dossier:
    Situation explosive dans l'est de l'Ukraine (1212)

    Lire aussi:

    La Fédération européenne des journalistes réagit aux persécutions en Ukraine
    Les USA forment des éclaireurs ukrainiens pour le conflit dans le Donbass
    Kiev renoncerait à récupérer Donetsk et Lougansk par la force
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik