Ecoutez Radio Sputnik
    International

    L'Otan n'est pas prête à contrer une éventuelle attaque de la Russie (rapport)

    International
    URL courte
    Renforcement de la présence de l'Otan en Europe (295)
    0 6 0 0

    L'Otan n'est pas suffisamment prête à contrer une éventuelle attaque de la Russie, quoique ce risque soit minime, lit-on dans un rapport du Comité de la défense auprès du gouvernement de la Grande-Bretagne rendu public jeudi.

    L'Otan n'est pas suffisamment prête à contrer une éventuelle attaque de la Russie, quoique ce risque soit minime, lit-on dans un rapport du Comité de la défense auprès du gouvernement de la Grande-Bretagne rendu public jeudi.  

    "Le risque que la Russie attaque un pays membre de l'Otan n'est pas élevé, mais il ne faut pas le négliger. Nous ne sommes pas certains que l'Otan soit prête à faire face à une telle menace", disent les auteurs du rapport. Selon eux, la tactique employée par la Russie évolue très vite et comprend de nos jours des cyberattaques, une guerre informationnelle, le soutien aux insurgés et la participation clandestine de représentants des structures de force de Russie aux événements dans l'est de l'Ukraine

    Le document souligne que l'Alliance souffre de lacunes sérieuses au niveau de la gestion et qu'elle n'est pas capable de prévoir d'éventuelles menaces.  

    Encore un problème mentionné: l'absence de volonté politique unifiée chez les leaders des pays membres de l'Alliance. Les auteurs du rapport évoquent la nécessité d'opérer une réforme exhaustive à l'intérieur de l'Otan qui comprendrait des exercices militaires conjoints, un déploiement permanent des troupes dans les pays Baltes et l'amélioration des forces de réaction rapide existantes et des processus d'avertissement de menaces potentielles.  

    Les médias allemands ont rapporté mercredi que le gouvernement fédéral était opposé à un déploiement permanent de forces de l'Otan en Europe de l'Est et qu'il croyait encore dans le partenariat avec Moscou. Il a été indiqué que cette position aggravait le schisme au sein de l'Alliance à la veille du sommet de l'Otan prévu début septembre. Depuis le début de la crise, la Pologne et les pays Baltes insistent sur le renforcement de la présence des forces de l'Otan en Europe de l'Est.   

    Berlin considère que le fait de renoncer au déploiement permanent de forces de l'Alliance en Europe de l'Est "est en accord avec les auto-restrictions contenues dans les accords passés entre la Russie et l'Otan". Au lieu de déployer des forces permanentes, l'Allemagne propose de garantir, en cas de besoin, la projection rapide de troupes. 

    Dossier:
    Renforcement de la présence de l'Otan en Europe (295)
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik