Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Ossétie/Abkhazie: 6 ans après, Medvedev évoque sa décision difficile

    International
    URL courte
    La Russie reconnaît l'indépendance de l'Abkhazie et de l'Ossétie du Sud (92)
    0 34443

    Il y a six ans Moscou a reconnu la souveraineté de l'Ossétie du Sud et de l'Abkhazie, la communauté internationale "a fait preuve de sagesse et de force pour comprendre la Russie", et depuis, la paix règne dans ces deux républiques, rappelle le premier ministre russe Dmitri Medvedev.

    Il y a six ans Moscou a reconnu la souveraineté de l'Ossétie du Sud et de l'Abkhazie, la communauté internationale "a fait preuve de sagesse et de force pour comprendre la Russie", et depuis, la paix règne dans ces deux républiques, rappelle vendredi le premier ministre russe Dmitri Medvedev.

    "A l'époque, j'ai pris l'une des plus difficiles décisions de ma vie, annonçant le lancement d'une opération visant à contraindre la Géorgie à la paix. Aujourd'hui, tous nous constatons que c'était la seule bonne décision", a écrit le chef du gouvernement sur sa page Facebook.

    Et d'ajouter que l'Ossétie du Sud et l'Abkhazie avaient été reconnues par Moscou, ce qui avait aggravé les relations entre la Russie et l'Occident.

    "La communauté internationale a toutefois fait preuve de sagesse et de force et a compris la Russie, en respectant notre position. Comme résultat, depuis déjà six ans, la paix règne en Abkhazie et en Ossétie du Sud", a conclu M.Medvedev.

    Le 8 août 2008, la Géorgie a lancé une offensive militaire contre l'Ossétie du Sud, détruisant la capitale sud-ossète Tskhinvali. La Russie est alors intervenue dans le conflit et a contraint la Géorgie à la paix avant de reconnaître l'indépendance de l'Ossétie du Sud et de l'Abkhazie, autre ancienne autonomie géorgienne. Depuis lors, Tbilissi considère ces provinces comme des "territoires occupés par la Russie".

    Dossier:
    La Russie reconnaît l'indépendance de l'Abkhazie et de l'Ossétie du Sud (92)
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik