Ecoutez Radio Sputnik
    Tyrol du Sud

    Italie: les velléités d'indépendance du Tyrol du Sud menacent l'existence de l'UE

    East News/ Robert Harding
    International
    URL courte
    1 0 0

    Les vélléités d'indépendance du Tyrol du Sud (ou province autonome de Bolzano, Italie) s'inscrivent dans la tendance européenne générale à la désintégration et menacent l'existence de l'Union européenne, estiment les experts interrogés par RIA Novosti.

    Les vélléités d'indépendance du Tyrol du Sud (ou province autonome de Bolzano, Italie) s'inscrivent dans la tendance européenne générale à la désintégration et menacent l'existence de l'Union européenne, estiment les experts interrogés par RIA Novosti.

    The Local avait déjà annoncé que les habitants de la province italienne du Tyrol du Sud songeaient à l'indépendance. Située au nord de l'Italie, la majeure partie de ses habitants parle allemand, un quart parle italien et certains communiquent même en ladin. Auparavant cette province faisait partie de l'Autriche mais en 1919, après la Première Guerre mondiale, le Tyrol du Sud a été annexé à l'Italie en application du Traité de Saint-Germain-en-Laye.

    La désintégration européenne

    Dmitri Danilov, directeur du département de sécurité européenne à l'Institut de l'Europe de l'Académie des sciences de Russie, estime que le processus d'intégration européenne a aussi une contre-tendance: la désintégration. "De la même manière que la mondialisation tourne à la régionalisation, les mouvements nationaux pour l'autonomie et la séparation s'inscrivent dans cette tendance de désintégration", analyse-t-il.

    L'expert souligne qu'indépendamment du détachement réel ou irréel des régions d'un pays, il est surtout question de la dislocation du système sociopolitique de l'Europe.

    Kirill Koktych, de la chaire de théorie politique à l'Institut d'Etat des relations internationales de Moscou (MGIMO), pense que les projets du Tyrol du Sud de sortir de l'Italie comportent une menace non seulement pour l'Etat italien mais aussi pour l'existence de l'Union européenne en général.

    "C'est une menace pour l'Italie en tant qu'Etat. Il ne faut pas oublier que l'Italie s'est formée comme une union de royaumes. Gênes, Florence, Venise – ce sont trois Italies différentes, trois identités différentes", rappelle l'expert.

    La spéculation sur le thème de la séparation

    Selon Kirill Koktych, la probabilité de la séparation de Tyrol du Sud de l'Italie existe, "elle n'est absolument pas nulle pour la simple raison que les sentiments séparatistes surviennent avec la baisse du niveau de vie général". Il a souligné l'apparition d'un "espoir que, dans les régions économiquement plus avancées, un niveau de vie plus élevé soit conservé par rapport au pays dans l'ensemble".

    "Cela pourrait également être le cas de Tyrol, étant donné que l'Italie est aujourd'hui extrêmement touchée par les crises mondiale et européenne. Même si la séparation n'avait pas lieu en fin de compte, il y aurait forcément des spéculations à ce sujet", a souligné l'expert.

    Pour sa part, Dmitri Danilov ne qualifie pas la volonté des habitants du Tyrol du Sud de séparatisme. "Ce n'est pas du séparatisme, c'est la formation de nouvelles autonomies socioculturelles. Ce processus prend plusieurs formes, jusqu'aux projets de formation de nouvelles entités territoriales, de séparation des Etats européens constitués. Mais du point de vue juridique il est extrêmement difficile de trouver la voie d'une telle auto-identification, de la formation de nouveaux Etats", a-t-il indiqué.

    "L'impossibilité d'atteindre tel ou tel objectif politique engendre souvent de nouvelles forces politiques, allant jusqu'à l'extrémisme. Il est très difficile de trouver un équilibre entre les Etats nationaux et ces autonomies socioculturelles. Je pense que ce n'est pas un processus bref, c'est une tendance à long terme. Quoi qu'il en soit, l'auto-identification est une affaire très sérieuse.

    La déstabilisation de la situation pourrait avoir des conséquences très profondes, indépendamment de l'issue de ce problème", conclut Dmitri Danilov.

    Lire aussi:

    L’Autriche promet une carte d’identité aux Italiens germanophones. Rome proteste
    Les banques italiennes au bord du gouffre
    Des eurosceptiques dirigent l’Italie, la classe politique française en perd son latin
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik