Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Gaza: l'Onu appelle les belligérants à conclure une trêve durable

    International
    URL courte
    0 0 0

    L'Onu appelle les Israéliens et les Gazaouis à prolonger le cessez-le-feu qui expire à minuit et à conclure une trêve durable, a indiqué lundi le Néerlandais Robert Serry, coordinateur spécial pour le processus de paix au Proche-Orient, lors d'une réunion du Conseil de sécurité des Nations unies.

    L'Onu appelle les Israéliens et les Gazaouis à prolonger le cessez-le-feu qui expire à minuit et à conclure une trêve durable, a indiqué lundi le Néerlandais Robert Serry, coordinateur spécial pour le processus de paix au Proche-Orient, lors d'une réunion du Conseil de sécurité des Nations unies.

    Conclu pour une durée de cinq jours, le cessez-le-feu entre les Israéliens et les Palestiniens de Gaza prend fin lundi 18 août à minuit (heure du Caire).

    "Nous invitons les parties à s'entendre sur une trêve durable avant l'expiration de ce délai. Nous espérons au moins que le cessez-le-feu sera prolongé et que la situation restera calme", a déclaré M. Serry en présentant un rapport sur la situation à Gaza au Conseil de sécurité de l'Onu.

    L'opération Bordure protectrice déclenchée le 8 juillet par Israël pour faire cesser les tirs de roquettes contre son territoire n'est toujours pas achevée. Plus de 2.000 personnes ont été tuées des deux côtés en plus d'un mois de combats. Depuis mercredi 13 août, les belligérants observent un cessez-le-feu.

    Lors du conflit, les islamistes gazaouis du Hamas ont tiré plus de 3.000 roquettes contre les villes du sud et du centre d'Israël. Cinq sur les huit millions d'habitants d'Israël vivent dans les régions visées par les tirs palestiniens.

    Lire aussi:

    Le Hamas rompt les négociations sur le cessez-le-feu avec Israël
    Bande de Gaza: retour au calme après l'échange de frappes
    Bande de Gaza: un char israélien riposte à un tir de roquettes palestiniennes
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik