Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Ukraine: loin de maintenir la paix, l'Otan la menace (journaliste britannique)

    International
    URL courte
    Situation explosive dans l'est de l'Ukraine (1212)
    0 0 0

    Au lieu de contribuer à l'instauration de la paix en Ukraine, l'Otan la menace, écrit le journaliste britannique du Guardian Seumas Milne, dans son article intitulé "Far from keeping the peace, Nato is a threat to it".

    Au lieu de contribuer à l'instauration de la paix en Ukraine, l'Otan la menace, écrit jeudi le journaliste britannique du Guardian Seumas Milne, dans son article intitulé "Far from keeping the peace, Nato is a threat to it".

    "Les événements en cours en Ukraine montrent que l'établissement de la paix (y) est loin, et que l'Otan le menace", constate M.Milne.

    Selon le journaliste, il ne faut pas obligatoirement approuver la politique pratiquée par Moscou pour comprendre que ce n'est pas du tout la Russie, mais l'Otan et l'Union européenne qui ont provoqué la crise actuelle en Ukraine.

    "Après 13 années d'occupation sanglante en Afghanistan et l'intervention pernicieuse en Libye, l'Alliance atlantique a enfin trouvé un ennemi qu'elle avait cherché", écrit M.Milne, en rappelant que le président américain Barack Obama avait annoncé la veille en Estonie la disposition de l'Otan à "protéger l'Europe contre l'agression russe".

    Jeudi, l'Alliance atlantique a entamé dans le pays de Galles son sommet de deux jours. Contrairement aux diplomates ukrainiens, leurs collègues russes n'y sont pas conviés bien que toutes les questions clés y soient liées de près ou de loin à la Russie. Auparavant, Kiev a abrogé le statut "hors blocs" du pays et a mis le cap sur l'adhésion à l'Otan.

    Dossier:
    Situation explosive dans l'est de l'Ukraine (1212)

    Lire aussi:

    Aucune chance pour l'Ukraine d'adhérer prochainement à l'Otan, selon un diplomate allemand
    «Retirez vos soldats!» Le Kremlin répond aux accusations de l’Otan
    L'Ukraine dans l'Otan: ce n'est pas pour demain, selon Washington
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik