Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Ukraine: 400 corps découverts dans des charniers près de Donetsk

    International
    URL courte
    Le massacre perpétré dans l'est de l'Ukraine (41)
    0 21
    S'abonner

    Plus de 400 corps retrouvés dans des fosses communes près de Donetsk (est de l'Ukraine) se trouvent actuellement dans les morgues de la ville, a annoncé le militant letton des droits de l'homme Ainars Graudins cité par le journal Rossiïiskaïa Gazeta.

    Plus de 400 corps retrouvés dans des fosses communes près de Donetsk (est de l'Ukraine) se trouvent actuellement dans les morgues de la ville, a annoncé le militant letton des droits de l'homme Ainars Graudins cité par le journal Rossiïiskaïa Gazeta.

    Selon M.Graudins, un groupe d'observateurs européens dont il est membre a inspecté deux charniers en compagnie de représentants des "républiques populaires" de Donetsk et de Lougansk. Les corps y étaient enterrés sous une mince couche de terre, indique-t-il.

    "A l'heure actuelle, dans la seule ville de Donetsk près de 400 corps non identifiés se trouvent dans les morgues, et il est évident que de nombre va augmenter au fur et à mesure de l'exhumation", a estimé l'observateur.

    Fin septembre, une fosse commune contenant des corps habillés en tenue civile a été découverte à 60 kilomètres de Donetsk. Les autorités russes ont alors estimé qu'il s'agissait de victimes d'un massacre perpétré lors des hostilités entre forces armées ukrainiennes et brigades indépendantistes du Donbass, en imputant la responsabilité à la Garde nationale ukrainienne.

    Dossier:
    Le massacre perpétré dans l'est de l'Ukraine (41)

    Lire aussi:

    Le roi Salmane condamne la fusillade perpétrée par un militaire saoudien dans une base de l’US Navy en Floride
    Elle organise un duel entre son mari et son amant, le premier décède touché à 35 reprises
    En boule au sol, il est roué de coups de matraque et de pied par des policiers à Paris le 5 décembre – vidéo
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik