Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Jérusalem: mettre fin aux provocations sur les lieux saints (Ban Ki-moon)

    International
    URL courte
    0 01
    S'abonner

    Le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon, en visite à Ramallah, a exigé la fin des provocations sur les lieux saints de Jérusalem où des heurts se poursuivent ces derniers jours entre la police et les protestataires palestiniens, rapportent les médias internationaux.

    Le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon, en visite à Ramallah, a exigé lundi la fin des provocations sur les lieux saints de Jérusalem où des heurts se poursuivent ces derniers jours entre la police et les protestataires palestiniens, rapportent les médias internationaux.

    "Je suis profondément préoccupé par des provocations répétées sur les lieux saints de Jérusalem. Elles ne font qu'aviver les tensions et doivent cesser", a déclaré M.Ban devant les journalistes à l'issue d'un entretien avec le chef du gouvernement d'union palestinien Rami Hamdallah. 

    Le secrétaire général de l'Onu a de nouveau condamné la poursuite de la colonisation israélienne et appelé Palestiniens et Israéliens à reprendre immédiatement leurs négociations de paix.

    La semaine dernière, l'esplanade des Mosquées à Jérusalem est devenue le théâtre de tensions grandissantes, les Palestiniens protestant contre la visite de leurs lieux saints par les Israéliens. Des heurts entre la police et des croyants musulmans ont fait des blessés dans les deux camps.

    La communauté internationale condamne la colonisation israélienne dans les territoires palestiniens occupés, la classant parmi les principales causes de l'impasse actuelle dans le règlement du conflit palestino-israélien.

    Les Palestiniens plaident pour le retrait des troupes israéliennes des territoires occupés suite à la guerre de 1967, où ils envisagent de créer leur Etat avec Jérusalem-Est pour capitale.

    Israël est hostile à ces projets, considérant l'ensemble de Jérusalem comme sa "capitale éternelle et indivisible".

    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik