Ecoutez Radio Sputnik
    International

    La dégringolade des Etats-Unis (expert)

    International
    URL courte
    0 202

    Les événements récents aux USA sapent la confiance des Américains envers leurs dirigeants et leur gouvernement, écrit l'homme politique américain Patrick Buchanan dans un article publié par la revue American Conservative.

    Les événements récents aux USA sapent la confiance des Américains envers leurs dirigeants et leur gouvernement, écrit l'homme politique américain Patrick Buchanan dans un article publié par la revue American Conservative.

    "Les récentes guerres en Afghanistan, en Irak et en Libye n'ont fait qu'empirer les choses aussi bien pour ces pays que pour les Américains. En menant une nouvelle guerre en Irak et en Syrie, les Etats-Unis n'ont pas élaboré de stratégie digne de confiance ni envoyé suffisamment de soldats pour vaincre les terroristes de l'Etat islamique. Les Américains commencent à se demander pourquoi leur pays est impliqué dans cette guerre également", indique Patrick Buchanan.

    Le salaire réel des travailleurs américains n'augmente plus depuis le milieu des années 1970, alors que le solde négatif de la balance commerciale s'accumule constamment et dépasse aujourd'hui les 10 000 milliards de dollars. Durant le mandat d'Obama, la dette nationale a dépassé le PIB.

    Notre base industrielle est à l'abandon, ce dont Détroit en est un parfait exemple. Nous avons abandonné notre avenir à des sous-traitants extérieurs en empruntant à la Chine pour lui acheter ses propres produits. Nous empruntons aussi au Japon et à l'Europe pour défendre le Japon et l'Europe, alors que la Seconde Guerre mondiale est finie depuis 70 ans.

    La société postale FedEx suit avec précision l'itinéraire de millions de colis chaque jour. Le gouvernement américain, lui, ne parvient pas à trouver et à expulser douze millions d'immigrants clandestins. Trente ans se sont écoulés depuis l'amnistie de Reagan et la promesse de sécuriser nos frontières, et voici qu'Obama prépare une amnistie présidentielle pour des millions de clandestins, qui entrera en vigueur immédiatement après les élections. Personne n'a sécurisé les frontières.

    S'il y a bien un domaine où l'Etat doit jouer un rôle-clé, c'est bien la construction des routes, des ponts, des autoroutes et des aéroports, ainsi que l'administration des écoles publiques. Cependant, notre infrastructure s'effondre, les enfants américains affichent des résultats de plus en plus bas aux concours internationaux, et les différences inter-ethniques dans le domaine scolaire n'ont toujours pas été supprimées, bien que des centaines de milliards de dollars aient été investis dans l'éducation. Même le vice-président américain Joe Biden qualifie LaGuardia "d'aéroport du tiers monde".

    De nombreux instituts privés parviennent à des résultats brillants. Mais les institutions publiques américaines, à l'exception de l'armée, connaissent surtout des échecs. Le Congrès est dans l'impasse. Le président est considéré comme un incapable indécis. La Cour suprême est irrémédiablement divisée.

    Nos différends et conflits politiques, ethniques et culturels engendrés par les révolutions des années 1960 sont constamment renforcés et approfondis par le câble, internet et les réseaux sociaux. "Tout se disloque. Le centre ne peut tenir. L'anarchie se déchaîne sur le monde", écrivait le poète Yeats...

    Lire aussi:

    À la guerre comme à la guerre: la Chine liquide ses obligations américaines
    Trump promet d'expulser des migrants le premier jour de sa présidence
    L'ancien ministre adjoint des Affaires Etrangères chinois enterre «l'époque de l'Amérique»
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik