International

Lettonie: les antifascistes indignés par la proposition d'interdire leurs structures

International
URL courte
0 51
S'abonner

Le Comité antifasciste de Lettonie (LAK) envisage de déposer auprès de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) une plainte à l'encontre du parlementaire letton Janis Dombrava qui a proposé d'interdire les organisations antifascistes dans le pays, a annoncé vendredi le président du LAK, Josifs Korens.

Le Comité antifasciste de Lettonie (LAK) envisage de déposer auprès de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) une plainte à l'encontre du parlementaire letton Janis Dombrava qui a proposé d'interdire les organisations antifascistes dans le pays, a annoncé vendredi le président du LAK, Josifs Korens.

M. Dombrava, député du parti au pouvoir Tout pour la Lettonie, avait antérieurement déclaré que les organisations antifascistes du pays devaient être démantelées.

L'initiative du parlementaire letton constitue une "manifestation néonazie sur laquelle nous voulons attirer l'attention de l'OSCE", a indiqué M. Korens aux journalistes. Selon lui  le député "crie sur tous les toits que les légionnaires des Waffen SS sont des héros ayant défendu la Lettonie".

D'après le président du LAK, l'affirmation de Janis Dombrava selon laquelle les organisations antifascistes sont financées par la Russie ne correspond pas à la réalité.

"Le Kremlin ne nous finance malheureusement pas. Mais ce qui est encore plus regrettable, c'est que nous ne sommes pas financés non plus par l'Etat letton. Et pourtant, l'Etat devrait financer les antifascistes aussi longtemps que des individus comme Dombrava existeront dans notre pays", a fait savoir Josifs Korens.

La Russie a à plusieurs reprises critiqué les autorités de la Lettonie où une marche d'anciens légionnaires des Waffen SS se déroule chaque année le 16 mars. Moscou estime qu'il s'agit d'un outrage cynique à la mémoire des millions de personnes mortes dans la Seconde guerre mondiale et appelle l'Union européenne à condamner cette violation grossière du droit international.

Le président russe Vladimir Poutine a souligné à cette occasion que "malheureusement, le vaccin contre le virus nazi, développé lors du tribunal de Nuremberg, était en train de perdre de son efficacité dans certains Etats européens".

Selon Vladimir Poutine, "les manifestations ouvertes de néonazisme, devenues habituelles en Lettonie et dans d'autres pays baltes, en constituent un exemple flagrant".

Lire aussi:

«Conte dit à une Europe morte d'aller se faire foutre», divorce à l'italienne entre Rome et l'UE?
Covid 19: un cardiologue camerounais met en garde contre le traitement du professeur Raoult
Édouard Philippe prolonge le confinement pour deux semaines
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook