International
URL courte
Résiliation du contrat Mistral (128)
0 21
S'abonner

Le président russe Vladimir Poutine a annoncé samedi ne pas avoir évoqué la livraison des navires Mistral lors de la rencontre à Moscou avec son homologue français François Hollande à Moscou.

"Nous n'avons pas discuté des Mistral, même pas évoqué. Il y a un contrat, c'est un document juridique. Nous considérons qu'il sera honoré. Je n'ai pas posé de question au président Hollande. Mais si le contrat est rompu, nous ne serons pas trop mécontents. Nous espérons qu'on nous remboursera l'argent que nous avons payé", a indiqué M.Poutine à l'issue de la rencontre à l'aéroport Vnoukovo-2.

Selon une invitation envoyée à Moscou, la Marine russe aurait dû recevoir le 14 novembre dernier le Vladivostok, le premier des deux bâtiments de projection et de commandement (BPC) de classe Mistral commandés par la Russie. Toutefois, la cérémonie de remise du navire n'a pas eu lieu et sa nouvelle date n'a pas été fixée. Le second navire, le Sébastopol, doit être remis à la Russie en 2015.

Le président français François Hollande a antérieurement subordonné la livraison au règlement de la crise en Ukraine. Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a déclaré vendredi que Paris pourrait "ne jamais livrer" ces navires.

Aux termes du contrat russo-français de 1,2 milliard de dollars signé en 2011, la France s'exposera à des pénalités dont le montant varie entre 3 et 10 milliards d'euros en cas de non-livraison des Mistral.

Dossier:
Résiliation du contrat Mistral (128)

Lire aussi:

Il vient de braquer un McDonald’s mais ne s’attendait pas à tomber sur ce genre de clients
Poutine: des militaires russes ont annihilé des groupements terroristes «bien équipés» en Syrie
Coronavirus: le nombre de cas en Italie dépasse les 130, le carnaval de Venise annulé
Une pitbull enceinte se lance dans un combat mortel avec un cobra pour sauver ses maîtres – vidéo
Tags:
Mistral, Vladimir Poutine, François Hollande, Russie, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook