Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Tbilissi reproche à Kiev de promouvoir des personnes recherchées par Interpol

    International
    URL courte
    0 11

    La nomination au gouvernement ukrainien de personnes recherchées par la Géorgie, y compris via Interpol, risque de nuire aux relations entre les deux pays, a annoncé samedi le premier ministre géorgien Irakli Garibachvili.

    La nomination au gouvernement ukrainien de personnes recherchées par la Géorgie, y compris via Interpol, risque de nuire aux relations entre les deux pays, a annoncé samedi le premier ministre géorgien Irakli Garibachvili.

    "Il est bien dommage que des personnes que nous poursuivons en justice et qui sont recherchés par Interpol se soient confortablement installées dans le gouvernement ukrainien. Cela ne tardera pas à nuire aussi bien au gouvernement qu'à l'image de marque de l'Ukraine", a déclaré M. Garibachvili aux journalistes.

    Selon lui, il a personnellement fait savoir au président Piotr Porochenko et au premier ministre Arseni Iatseniouk que cette pratique porterait atteinte aux relations entre Tbilissi et Kiev.

    "Je ne pourrai pas expliquer au peuple géorgien pourquoi Zourab Adeïchvili [ex-ministre de la Justice] qui fait l'objet d'une notice rouge d'Interpol pourrait être nommé à un poste dans le gouvernement ukrainien avec lequel nous entretenons des relations d'amitié. Il a été l'un des représentants principaux du régime criminel qui a condamné 300.000 personnes. Cela concerne également Eka Zgouladze, adjointe de Vano Merabichvili [ministre de l'Intérieur de 2005 à 2012] qui a œuvré au cours de nombreuses années pour disculper le régime au pouvoir en Géorgie", a indiqué Irakli Garibachvili.

    Le 17 décembre, Ekaterina (Eka) Zgouladze a été nommée première vice-ministre ukrainienne de l'Intérieur. Elle est la deuxième représentante de la Géorgie à avoir pris un poste dans le gouvernement ukrainien, après l'ex-ministre du Travail Alexandre Kvitachvili nommé ministre ukrainien de la Santé publique. Tous les deux ont déjà reçu la nationalité ukrainienne.

    Zourab Adeïchvili fait l'objet d'un avis de recherche international lancé par Interpol à la demande des autorités géorgiennes qui l'accusent d'abus de pouvoir, de mauvais traitements infligés aux détenus des prisons géorgiennes et de falsification de pièces à conviction.

    Selon les médias ukrainiens, les autorités du pays sont en train d'étudier sa candidature au poste de président du Conseil ukrainien pour la lutte contre la corruption.

    Lire aussi:

    «Nous allons envoyer ces navires US au fond de la mer avec des armes secrètes», promet un général iranien
    La photo de l’homme à l’origine de l’explosion à Lyon publiée
    L'acte 28 se poursuit place de la République à Paris avec des gaz lacrymogènes
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik