Ecoutez Radio Sputnik
    International

    L'Otan ne veut pas de l'Ukraine et de ses problèmes (Pouchkov)

    International
    URL courte
    Règlement de la situation en Ukraine (2014) (2149)
    0 03

    L'Otan n'est pas prête à accueillir l'Ukraine avec ses "problèmes énormes", mais pourra l'utiliser contre la Russie, estime le président de la commission des affaires internationales de la Douma (chambre basse du parlement russe) Alexeï Pouchkov.

    L'Otan n'est pas prête à accueillir l'Ukraine avec ses "problèmes énormes", mais pourra l'utiliser contre la Russie, estime le président de la commission des affaires internationales de la Douma (chambre basse du parlement russe) Alexeï Pouchkov.

    "L'Otan ne veut pas de l'Ukraine. Vu ses problèmes énormes, elle ne serait pas une acquisition, mais un fardeau et un danger. Quant à l'utiliser contre la Russie, ça oui, mais pas plus", a indiqué M. Pouchkov sur sa page Twitter.

    La Rada suprême a adopté mardi, sur proposition du président Porochenko, une loi prévoyant l'abandon par l'Ukraine de son statut hors-bloc et la reprise de la politique axée sur l'adhésion du pays à l'Otan. Cette initiative a été soutenue par 303 députés, le minimum requis étant de 226 voix. Piotr Porochenko avait auparavant déclaré que l'Ukraine devait renoncer à son statut de pays neutre, car il n'était pas en mesure de garantir sa sécurité.

    Le chef de l'Etat a dans le même temps fait savoir que la décision d'intégrer l'Alliance atlantique serait soumise à un référendum national.

    Le statut hors-bloc a été consacré en 2010 par la Loi sur les fondements de la politique extérieure et les priorités des intérêts nationaux de l'Ukraine.

    Dossier:
    Règlement de la situation en Ukraine (2014) (2149)

    Lire aussi:

    L’adhésion de l’Ukraine à l’Otan amènera à un durcissement des défis géopolitiques
    Juncker remet l'Ukraine à sa place
    Porochenko compte surmonter les obstacles sur le chemin de l’Union européenne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik