International
URL courte
0 34
S'abonner

Le premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk a sacrifié son pays aux intérêts des responsables politiques occidentaux et utilise désormais n'importe quel prétexte pour justifier sa trahison, indique le journaliste Jiri Bata dans le quotidien indépendant en ligne Czech Free Press.

Le premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk a sacrifié son pays aux intérêts des responsables politiques occidentaux et utilise désormais n'importe quel prétexte pour justifier sa trahison, indique le journaliste Jiri Bata dans le quotidien indépendant en ligne Czech Free Press.

Selon M. Bata, les propos scandaleux de Iatseniouk selon lesquels la Russie a envahi l'Allemagne et l'Ukraine lors de la Seconde Guerre mondiale ont pour seul objectif de justifier les actions monstrueuses et tragiques perpétrées jusqu'à présent par le gouvernement et le président ukrainiens.

D'après le journaliste, les autorités ukrainiennes n'ont aucun intérêt à stopper les combats dans l'est du pays ni à normaliser leurs relations avec la Russie. Kiev continue d'aggraver le conflit sous la pression des Etats-Unis et cherche de nouveaux prétextes pour accuser la Russie et son président de vouloir agresser l'Ukraine.

Ceci étant, "les autorités ukrainiennes n'ont jamais eu et n'auront aucune preuve tangible des velléités agressives de Moscou", écrit Jiri Bata.

"Il est plus facile de mentir, de débiter des sottises et des calomnies que d'argumenter sur la base de faits réels", constate-t-il.

Pour justifier ses prétentions et obtenir le soutien de ses concitoyens, Iatseniouk est prêt à accuser l'ex-URSS d'avoir déclenché la Seconde Guerre mondiale, aussi délirante que soit cette affirmation, conclut le journaliste tchèque.

Lire aussi:

L’Égypte a besoin d’armes, la France répondra-t-elle présente?
Didier Raoult interpelle l'OMS sur le remdesivir et en dénonce les effets secondaires
Assassinat du général Soleimani: «les Américains se prennent pour les maîtres du monde», selon Tahhan
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook