Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Le président turc accuse Charlie Hebdo d'incitation à la haine

    International
    URL courte
    Fusillade au siège de Charlie Hebdo à Paris (79)
    0 9921

    Le président turc Recep Tayyip Erdogan a sévèrement critiqué le journal satirique français Charlie Hebdo, en l'accusant d'inciter à la haine et au racisme, rapportent les médias internationaux.

    Le président turc Recep Tayyip Erdogan a sévèrement critiqué vendredi le journal satirique français Charlie Hebdo, en l'accusant d'inciter à la haine et au racisme, rapportent les médias internationaux.

    "Cet hebdomadaire est tristement célèbre pour ses publications provocantes sur les musulmans, les chrétiens (...) Cela ne s'appelle pas la liberté, cela s'appelle semer la terreur en empiétant sur la liberté des autres. On doit se rendre bien compte qu'il ne peut pas y avoir de liberté sans limite ", a déclaré M.Erdogan lors d'une rencontre avec des hommes d'affaires à Ankara. 

    Et d'ajouter que des provocations telles que les caricatures " du prophète Mahomet publiées par Charlie Hebdo devaient être punies par la loi. 

    Le premier ministre turc Ahmet Davutoglu a déclaré pour sa part que la liberté de la presse ne signifiait pas la liberté d'insulter.

    A la "une" du numéro sorti après la tuerie qui a décimé sa rédaction, Charlie Hebdo a publié un dessin de Mahomet la larme à l'œil et tenant une pancarte "Je suis Charlie", slogan des millions de manifestants qui ont défilé en France et à l'étranger pour condamner les attaques djihadistes qui ont fait 17 morts, dont trois policiers, en trois jours à Paris. Cette caricature a suscité la colère dans de nombreux pays musulmans.

    Dossier:
    Fusillade au siège de Charlie Hebdo à Paris (79)

    Lire aussi:

    «Golfe Persique pour toujours»: Trump raillé par des caricaturistes iraniens
    Erdogan défie l'Allemagne de rivaliser en modernité avec la Turquie
    Thibault Isabel vs. Charles Gave : «L’Amérique est-elle encore un modèle?»
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik