Ecoutez Radio Sputnik
    Sergueï Lavrov

    Syrie: la lutte contre l'EI prioritaire, pas le départ d’Assad (Lavrov)

    © Sputnik . Maxim Blinov
    International
    URL courte
    L'Etat islamique (2014) (1131)
    0 72
    S'abonner

    La priorité dans le règlement de la crise en Syrie est la lutte contre le groupe djihadiste Etat islamique (EI), et non pas le départ de l'actuel président syrien Bachar el-Assad, a estimé le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov.

    La priorité dans le règlement de la crise en Syrie est la lutte contre le groupe djihadiste Etat islamique (EI), et non pas le départ de l'actuel président syrien Bachar el-Assad, a estimé mercredi le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov.

    "Le principal est, et cette conviction gagne du terrain y compris en Occident, que le processus politique (en Syrie, ndlr) est inévitable, et que la tâche première consiste à combattre l'Etat islamique. Or, nous avons toujours souligné qu'il était beaucoup plus important d'éradiquer le terrorisme, d'empêcher la transformation de la Syrie en Etat terroriste et de contrecarrer les plans visant à créer un califat dans la région que de changer de régime et de former un organe quelconque pourvu qu'Assad parte", a déclaré le ministre lors d'une conférence de presse consacrée au bilan des activités diplomatiques de la Russie en 2014.

    L'EI, appelé autrefois l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL), sévissait au départ principalement en Syrie où il combattait les troupes gouvernementales, s'imposant comme l'une des organisations terroristes les plus cruelles. Par la suite, l'EI a intensifié ses opérations en Irak, s'emparant d'importants territoires. En juillet, l'EI a proclamé un califat islamique sur les territoires irakiens et syriens tombés sous son contrôle.

    Depuis le 8 août, l'aviation américaine effectue des frappes contre les positions des djihadistes en Irak, et depuis le 23 septembre, en Syrie.

    Dossier:
    L'Etat islamique (2014) (1131)
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik