International
URL courte
0 71
S'abonner

Bruxelles doit cesser de poser la rupture des relations d'amitié avec la Russie comme une condition de l'adhésion de Belgrade à l'UE, estime Moscou.

Bruxelles ne doit pas subordonner l'adhésion de la Serbie à l'UE à une rupture des liens entre Belgrade et Moscou, a indiqué le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

"Nous invitons nos partenaires à Bruxelles à se comporter correctement et à ne pas lier les négociations sur l'adhésion à une rupture des liens organiques avec la Russie", a déclaré le ministre dans une interview au magazine serbe Horizons.

"En revanche, un dialogue fondé sur le respect mutuel et une coopération constructive entre toutes les parties intéressées, dont des contacts entre Moscou et Bruxelles, permettraient d'apaiser les tensions inutiles dans l'intérêt de tout le monde", a affirmé Sergueï Lavrov.

Selon lui, les autorités serbes ont fait savoir qu'elles voulaient adhérer à l'Union européenne tout en conservant les bonnes relations avec la Russie.

"Nous disons ouvertement à nos partenaires en Serbie et dans l'UE que l'intégration européenne de Belgrade ne suscite en principe aucune hostilité chez nous. A condition, bien sûr, que cela ne porte pas atteinte aux relations russo-serbes et à nos projets conjoints, d'autant plus que ces derniers ne constituent aucune menace pour Bruxelles", a souligné le chef de la diplomatie russe.

Les responsables de l'Union européenne avaient auparavant exigé que la Serbie se joigne aux sanctions antirusses si elle veut être membre de l'UE. Le chef du gouvernement serbe Aleksandar Vucic a déclaré à ce propos que son pays souhaitait adhérer à l'UE, mais refusait d'imposer des sanctions contre Moscou.

Lire aussi:

Serbie: jamais de sanctions contre la Russie (présidente du parlement)
L'UE veut détruire la Serbie en la forçant à adopter des sanctions antirusses (expert)
Serbie: les adversaires de l'UE forment un bloc politique prorusse
Tags:
Sergueï Lavrov, Russie, Serbie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook