Ecoutez Radio Sputnik
    Corps d'une victime des hostilités à Donetsk

    Ukraine: plus de 5.300 morts et 12.000 blessés selon l'Onu

    © REUTERS / Maxim Shemetov
    International
    URL courte
    Situation dans le Donbass (2015) (227)
    0 75

    Le conflit dans l'est de l'Ukraine ne cesse de faire de nouvelles victimes.

    Plus de 5.300 personnes ont péri et plus de 12.000 autres ont été blessées depuis le début du conflit dans l'est de l'Ukraine, a annoncé mardi à Genève la porte-parole du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme (HCDH) Ravina Shamdasani.

    Selon les dernières données du HCDH, on déplore au moins 5.358 morts et plus de 12.235 blessés, alors que fin janvier le bilan faisait état de 5.187 morts et de 11.515 blessés.

    Kiiev a lancé le 15 avril une opération dite antiterroriste en vue de réprimer la révolte qui a éclaté dans le Donbass (sud-est) suite à un coup d'Etat survenu en février 2014. Près d'un million de personnes ont dû quitter leurs foyers depuis, rapporte l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE). Au total, cinq millions de personnes ont été touchées par le conflit.

    Une trêve a été proclamée dans le sud-est de l'Ukraine le 9 décembre dernier, mais des hostilités d'envergure ont repris dans la région un mois plus tard. Début janvier, les forces gouvernementales ukrainiennes ont intensifié le pilonnage de la ville de Donetsk, capitale d'une "république populaire" autoproclamée. Moscou estime que le récent regain de tension indique que Kiev à l'intention de régler la crise par la force.

    Dossier:
    Situation dans le Donbass (2015) (227)

    Lire aussi:

    Donbass : plus de 2.000 personnes évacuées en cinq jours
    Conflit en Ukraine: l’Onu précise le nombre de victimes civiles
    Onu: l’Ukraine pourrait faire face à une catastrophe chimique
    Tags:
    hostilités, Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme (HDCH), Ravina Shamdasani, Ukraine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik