International
URL courte
0 213
S'abonner

Le groupe de cybercriminels Carbanak, comprenant des hackers chinois, européens, russes et ukrainiens préfère s'attaquer directement aux banques plutôt qu'aux clients

Un groupe de hackers russes, ukrainiens, chinois et européens baptisé Carbanak a volé au moins un milliard de dollars dans des banques d'une trentaine de pays, a annoncé la société russe Kaspersky Lab, éditeur de logiciels de sécurité informatique.

Selon Kaspersky Lab, qui a détecté les activités du groupe, les pirates informatiques ont utilisé une méthode permettant de cambrioler les banques indépendamment des logiciels qu'elles utilisent. Ils ont espionné les banques de l'intérieur pendant plusieurs mois au moyen d'un logiciel malveillant introduit par phishing (des emails contrefaits), se sont introduits dans les systèmes de gestion au moyen d'un outil d'accès à distance et ont effectué de multiples manipulations en imitant les procédures légales. 

Au total, les pirates se sont attaqués à des banques dans une trentaine de pays dont la Russie, les Etats-Unis, l'Allemagne et la Chine. 

"Nous avons appris l'existence du groupe Carbanak à la fin de 2013. Une banque ukrainienne nous a demandé d'enquêter sur la disparition inexpliquée d'argent de ses distributeurs de billets. Nous avons considéré cet incident comme une attaque ordinaire. Mais quelques mois plus tard, nous avons reçu une demande d'enquête d'une banque russe qui faisait face au même problème", a indiqué Sergueï Lojkine, expert de Kaspersky Lab.

"Ces cambriolages marquent une nouvelle étape: à présent, les cyberpirates s'attaquent directement aux banques au lieu de voler de l'argent à leurs clients", a noté M.Lojkine.

Lire aussi:

Logiciels espions pour iOS et Android: les utilisateurs surveillés 24h/24 (Kaspersky)
Flame: risque de cyberépidémie élevé (Kaspersky Lab)
Spam: la Russie deuxième pays émetteur, derrière les Etats-Unis (Kaspersky)
L'histoire des "hackers russes" effraie l'Angleterre
Tags:
hackers, cyberattaque, banques, Carbanak, Kaspersky Lab, Chine, Ukraine, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook