Ecoutez Radio Sputnik
    Un insurgé de la république populaire autoproclamée de Donetsk  près de Debaltsevo

    Les insurgés affirment avoir fermé la poche de Debaltsevo

    © Sputnik. Dan Levy
    International
    URL courte
    Situation dans le Donbass (2015) (227)
    0 8913

    Selon le chef de la république autoproclamée de Lougansk (LNR) Igor Plotnitski, les insurgés ont encerclé plusieurs milliers de soldats ukrainiens près de Debaltsevo.

    Les insurgés ont encerclé plusieurs milliers de soldats ukrainiens près de Debaltsevo, dans l’est de l’Ukraine, a annoncé mardi le chef de la république autoproclamée de Lougansk (LNR) Igor Plotnitski.

    "Nous avons fermé la ligne d'encerclement. Le chaudron de Debaltsevo s'est refermé. L'Ukraine ne peut et ne veut pas l'avouer", a indiqué M.Plotnitski cité par le centre d'information de Lougansk.

    Le chef adjoint des forces de la république autoproclamée de Donetsk (DNR) Edouard Bassourine a confirmé cette information. Selon les insurgés, près de 8.000 soldats ukrainiens sont pris au piège dans la poche de Debaltsevo.

    Les militaires ukrainiens ont toutefois démenti ces déclarations. "La route reliant Artemovsk à Debaltsevo est sous le contrôle des troupes ukrainiennes", a indiqué un porte-parole de l'opération spéciale ukrainienne Anatoli Stelmakh.

    La petite ville de Debaltsevo, située dans la région de Donetsk, est un nœud ferroviaire stratégique où se croisent les lignes desservant Kharkov, Marioupol, Rostov-sur-le-Don, Taganrog et Moscou. 

    Dossier:
    Situation dans le Donbass (2015) (227)

    Lire aussi:

    Chaudron de Debaltsevo: la "république de Lougansk" retire l'artillerie lourde
    Ukraine: les insurgés ont fermé le chaudron de Debaltsevo
    Ukraine: des mercenaires étrangers pris au piège à Debaltsevo
    Tags:
    République populaire autoproclamée de Lougansk (RPL), République populaire autoproclamée de Donetsk (RPD), Igor Plotnitski, Edouard Bassourine, Debaltsevo, Ukraine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik