International
URL courte
Possible sortie de la Grèce de la zone euro (65)
0 817
S'abonner

La zone euro a posé un ultimatum à la Grèce qui a jusqu'à vendredi pour accepter les conditions du programme d'aide, mais Athènes refuse de l'accepter.

La Grèce refuse de recevoir des ultimatums lors des négociations sur son avenir, a déclaré mardi le premier ministre grec Alexis Tsipras lors d'une réunion du groupe parlementaire de la Coalition de gauche radicale.

"La Grèce n'entend pas mener des négociations sur des ultimatums (…) Personne n'est en droit de parler à la Grèce comme à une colonie, de traiter les Grecs en parias de l'Europe", a prévenu M.Tsipras.

Et d'ajouter que trois mois après les élections, le peuple grec avait l'impression de vivre et de respirer dans un autre pays.

"Non, nous n'avons pas surmonté nos énormes difficultés économiques. Nous n'avons pas guéri les plaies de la crise économique, mais les Grecs se sentent autrement, ils ne se sentent plus nuls et humiliés", a précisé le chef du gouvernement.

Selon M.Tsipras, les propos tenus par le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble humilient le peuple grec tout entier.  

Ministre des Finances hollandais Jeroen Dijsselbloem, réunion de ministres des Finances d'Eurogroupe au bâtiment de Conseil d'UE à Bruxelles lundi, le 16 février 2015
© AP Photo / Geert Vanden Wijngaert
La zone euro a lancé lundi un ultimatum à la Grèce pour qu'elle demande d'ici la fin de la semaine une extension de son programme d'aide financière, à l'issue d'une nouvelle réunion à Bruxelles qui a tourné court après la fin de non-recevoir opposée par Athènes. 

M.Schäuble a dénoncé l'attitude "irresponsable" du nouveau gouvernement d'Athènes.

Dossier:
Possible sortie de la Grèce de la zone euro (65)

Lire aussi:

La Grèce au tournant, la Grèce au tournis
Grèce: le modèle européen selon Alexis Tsipras
Grèce: le ministre français des Finances appelle à éviter la panique
Pandémie, en continu: le PIB devrait s'effondrer de près de 10% au 2e trimestre en Allemagne
Tags:
zone euro, Alexis Tsipras, Grèce
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook