International
URL courte
0 481
S'abonner

L'arrêt de la CEDH sanctionnant la Pologne pour avoir accueilli sur son territoire une prison clandestine de la CIA est entré mardi en vigueur.

La Cour européenne des droits de l'homme a débouté mardi la Pologne de son action en révision de l'arrêt rendu par la CEDH concernant les tortures perpétrées dans une prison clandestine aménagée par la CIA sur le territoire polonais. 

Les autorités polonaises ont été reconnues coupables de violation de la Convention européenne des droits de l'homme. 

La décision de la CEDH est passée en force de chose jugée dès le rejet de la requête polonaise. 

Varsovie est ainsi condamné à verser une compensation à deux anciens détenus de la prison clandestine de la CIA et à mener à bien l'enquête censée identifier les officiels polonais coupables de l'apparition de ce centre pénitencier. 

L'implantation ce centre américain en Pologne fait l'objet d'une enquête menée par le ministère public du pays depuis 2008. Il s'agit d'une prison dans laquelle des agents de la CIA ont torturé des personnes soupçonnées de terrorisme afin d'obtenir leurs aveux. Un responsable officiel est déjà mis en examen. Selon les médias, il s'agit de l'ex-chef du renseignement polonais Zbigniew Siemiatkowski.

Début décembre, l'ancien président polonais Aleksander Kwasniewski a  officiellement reconnu que dans les années 2000, la base militaire de Stariye Keikuty abritait une prison clandestine utilisée par la CIA pour torturer des personnes soupçonnées de terrorisme. M. Kwasniewski affirme pourtant que les autorités polonaises ne savaient rien des mauvais traitements infligés aux prisonniers.

Lire aussi:

Prisons secrètes de la CIA: la CEDH condamne la Pologne
Une meute de loups dévore un chien et oblige un homme à grimper dans un arbre en centre-ville – vidéo choc
Après son tweet sur Macron au théâtre, Bouhafs dit avoir «une vidéo terrible» du couple en fuite
Tags:
Cour européenne des droits de l'homme (CEDH), CIA, Zbigniew Siemiatkowski, Aleksander Kwasniewski, Pologne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik