International
URL courte
Livraison d'armes à l'Ukraine (65)
0 17217
S'abonner

Si les Etats-Unis décident de livrer des armes létales à l'Ukraine, ils pousseront la Russie à intensifier sa coopération technico-militaire avec la Chine, ce qui est lourd de conséquences, estime un expert.

La crise ukrainienne joue le rôle de puissant catalyseur dans le rapprochement entre la Russie et la Chine, affirme l'expert en politique de défense Harry Kazianis sur les pages du bimensuel américain The National Interest.

En réponse à la livraison d'armes létales à Kiev, la Russie pourrait intensifier sa coopération avec la Chine en développant un système de lutte contre les sous-marins. Cette mesure aiderait Pékin à réaliser des progrès considérables dans la mise au point de sa stratégie A2/AD (Anti-access/Area Denial) qui consiste à interdire aux forces américaines, japonaises et aux autres forces alliées l'accès aux régions ayant une importance vitale pour la Chine.

Selon Harry Kazianis, les livraisons d'armes à Kiev pourraient déclencher une réaction en chaîne à des milliers de kilomètres de l'Ukraine en poussant Pékin à profiter des technologies militaires russes pour renforcer son contrôle sur la mer de Chine méridionale.

De la sorte, la Russie  est en mesure de créer des problèmes pour les Etats-Unis et leurs alliés dans le monde entier. D'après le journaliste, un tel comportement de la Russie entraînerait immédiatement une réaction de l'Occident, ce qui ne tarderait pas à provoquer une nouvelle Guerre froide.

Ces conséquences doivent nécessairement être prises en compte dans la recherche d'une solution à la crise en Ukraine, estime M. Kazianis.

Dossier:
Livraison d'armes à l'Ukraine (65)

Lire aussi:

Armes pour l'Ukraine: Obama à la croisée des chemins
Ukraine: Chypre opposé aux livraisons d'armes
L'Ukraine achète des armes aux Emirats
Une majorité d'Américains hostiles à la livraison d'armes à l'Ukraine
Tags:
armes létales, Harry Kazianis, Chine, Ukraine, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook