Ecoutez Radio Sputnik
    Javad Zarif

    Iran-Six: un volet des entretiens prend fin à Montreux

    © REUTERS / Ahmed Saad
    International
    URL courte
    Nucléaire iranien (2015) (124)
    0 102
    S'abonner

    Selon le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Jawad Zarif, les parties sont prêtes à travailler 24 heures sur 24 pour parvenir à une entente.

    Un nouveau volet des discussions entre l'Iran et les Six médiateurs internationaux sur le dossier nucléaire iranien (Allemagne, Chine, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Russie) a pris fin jeudi à Montreux, en Suisse.

    "Nous sommes très proches d'une entente, mais dans le même temps nous pouvons en être très loin", a déclaré le chef de la diplomatie iranienne Mohammad Jawad Zarif à l'issue des négociations.Selon lui, les négociations ont enregistré des progrès et les parties "sont prêtes à travailler jour et nuit pour parvenir à une entente".

    Des discussions américano-iraniennes de trois jours entre le secrétaire d'Etat américain John Kerry et son homologue iranien Mohammad Jawad Zarif ont précédé les négociations entre les Six et l'Iran.

    L'objectif des négociations est de parvenir à un accord politique sur le programme nucléaire iranien d'ici le 24 mars et d'un accord universel qui garantirait le caractère exclusivement pacifique du programme nucléaire de Téhéran d'ici fin juin.

    Les Occidentaux et Israël soupçonnent Téhéran de cacher un volet militaire de son programme nucléaire. L'Iran nie catégoriquement vouloir se doter de l'arme atomique.

    Dossier:
    Nucléaire iranien (2015) (124)

    Lire aussi:

    Hollande: l'Iran doit démontrer qu'il renonce à la bombe
    Nucléaire civil: Moscou et Téhéran produiront du combustible
    Netanyahu est prêt au conflit avec Obama pour empêcher un accord avec l'Iran
    Tags:
    programme nucléaire iranien, nucléaire, John Kerry, Montreux, Suisse, Iran, Chine, France, Allemagne, États-Unis, Russie, Mohammad Javad Zarif, Royaume-Uni
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik