International
URL courte
0 124
S'abonner

Le nouveau programme de prêt du FMI prévoit l'octroi à Kiev de 17,5 milliards de dollars.

La communauté internationale doit "dans tous les cas" accorder un prêt en Ukraine pour qu'elle évite une catastrophe économique, a estimé mercredi l'ancien commissaire européen Günter Verheugen.

"Ce crédit doit être octroyé dans tous les cas, car l'Ukraine se trouve au seuil d'une catastrophe. On ne peut pas regarder tranquillement un pays entier s'enfoncer dans la pauvreté. Pourtant, il ne s'agit pas d'une solution à long terme", a déclaré M. Verheugen dans une interview accordée à la chaîne de télévision allemande ZDF.

L'Ukraine fait face à une grave crise socio-politique qui exerce un impact néfaste sur son économie et son secteur public. Les autorités de Kiev se sont récemment mises d'accord avec le Fonds monétaire international sur un élargissement du programme de soutien financier au pays.

Le nouveau programme de prêt du FMI prévoit l'octroi à Kiev de 17,5 milliards de dollars. Au total, d'ici quatre ans, l'Ukraine pourrait obtenir 40 milliards de dollars de diverses sources.

Chornukhyne, Ukraine, le 2 mars 2015
© AP Photo / Vadim Ghirda
L'ex-commissaire européen a en outre jugé nécessaire que Kiev entame un processus de réformes politiques d'envergure, tout en ajoutant que l'Ukraine "coûterait cher" à l'Occident "pendant encore longtemps".

Dans le même temps, M. Verheugen a indiqué que l'Europe devait redonner à sa politique étrangère une dimension "paneuropéenne".

"Cela veut dire que la Russie ne peut pas être exclue de l'Europe, car c'est un pays européen", a déclaré M. Verheugen.

Lire aussi:

Le défaut de l’Ukraine est imminent
Expert US: l’inflation réelle en Ukraine atteint 272%
Une «violente altercation» éclate entre deux avocats lors du procès Sarkozy, l’audience suspendue
Des passagers maîtrisent un homme avec une crosse dépassant de son sac dans le TER
Tags:
Günter Verheugen, Ukraine, Fonds monétaire international (FMI)
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook