Ecoutez Radio Sputnik
    Un masque anti l'OTAN

    Médias: l'Otan a trouvé sa "véritable vocation" dans la lutte contre la Russie

    © Sputnik . Vladimir Pesnya
    International
    URL courte
    Renforcement de la présence de l'Otan en Europe (296)
    0 1851

    Sous la houlette des USA, l'alliance militaire destinée à protéger les États de l'Occident s'est arrogé le droit de déterminer l'orientation de la politique européenne moderne: elle sera tournée vers la lutte contre la Russie, écrit mercredi Sputnik.

    Le sommet de l'Otan au Pays de Galles, en septembre 2014, ressemblait à une fête. L'Otan, qui se transformait progressivement en organe rudimentaire de la politique occidentale, a tout d'un coup retrouvé sa raison d'être: la confrontation avec la Russie. Le plus grand bloc militaire, dont les dépenses de défense dépassent de 11 fois celles de la Russie, a désigné Moscou comme "la principale menace", écrit l'observateur Dmitri Linnik pour Sputnik.

    Après la fin de la guerre froide, le système de sécurité européenne était déterminé par la dichotomie "conflit — coopération", dit le journaliste. Bien avant que la crise politique ukrainienne ne prenne une ampleur impressionnante, les néoconservateurs américains et les "passeurs" de leurs idées sur le territoire européen ont commencé à s'emparer de l'agenda politique de l'Occident à l'égard de la Russie et sont passés à la confrontation.

    "En ce qui concerne l'Ukraine, l'Occident s'en est tenu à l'argumentation standard: les États limitrophes de la Russie doivent décider eux-mêmes avec qui s'associer et dans quelles organisations internationales entrer, tandis que la Russie n'a pas voix au chapitre", considère le journaliste de Sputnik.

    Cet argument n'est pas tenable car la décision prétendument libre de Kiev de se tourner vers l'Occident et sortir de l'orbite russe, a été prise sous une énorme pression de Washington et Bruxelles. En menant une telle politique près des frontières russes, l'Occident aurait dû évaluer la situation de manière critique: prendre en compte les intérêts de Moscou et, au moins, essayer de prévoir sa réaction. L'Otan et la Grande Bretagne, avec l'Europe, auraient dû réfléchir à d'autres options politiques possibles à l'égard de la Russie, à part une confrontation si risquée. En outre, la réponse de Moscou à la provocation géorgienne en Ossétie du Sud aurait dû pousser l'Occident à la réflexion.

    "La façon de réfléchir et l'agenda politique de l'atlantisme ont remporté leur principale victoire — la victoire sur la raison et le bon sens. […] L'Otan a pris "un grand essor". L'alliance militaire, destinée à protéger les États de la communauté occidentale a pris le leadership dans la définition de l'orientation de la politique européenne — ce qui est par définition inadmissible. Dans de telles circonstances, l'Alliance, semble-t-il, s'apparente pour l'Europe à "la queue qui remue le chien", note le journaliste.

    Dossier:
    Renforcement de la présence de l'Otan en Europe (296)

    Lire aussi:

    Les Etats-Unis tracent la ligne de front en Europe
    Les think tanks américains accusent la Russie de tous les maux
    Baltique: l'aviation US n’a aucune chance face à la Russie (expert finlandais)
    Moscou tiendra compte d'une nouvelle configuration de l'Otan
    Tags:
    Royaume-Uni, guerre froide, OTAN, Dmitri Linnik, Pays de Galles, Ossétie du Sud, Occident, Ukraine, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik