International
URL courte
0 6916
S'abonner

Selon le magazine en ligne The Strategic Culture Foundation, les Etats-Unis recherchent de nouveaux prétextes pour lancer leurs opérations militaires à l'étranger, les prétextes comme "la défense des droits de l'homme" ne fonctionnant plus.

Les Etats-Unis ont décidé de trouver un nouveau prétexte idéologique afin de justifier leurs interventions militaires, a déclaré jeudi le chroniqueur du magazine en ligne The Strategic Culture Foundation, Finian Cunningham.

Selon M.Cunningham, les appels de Washington à utiliser la force armée pour arrêter la destruction des sites archéologiques par les djihadistes du groupe Etat islamique (EI), d’autant plus au moment où la Syrie et l'Irak ont enregistré des progrès importants dans la lutte contre les islamistes, sont dictés par le désir de justifier l'intervention militaire occidentale dans cette région importante du point de vue géostratégique.

Cette idée pourrait servir de prétexte afin de justifier une opération militaire de l'Occident, puisque "ceux comme +la défense des droits de l'homme+ utilisés jusqu'ici pour influer sur l'opinion publique ne fonctionnent plus", a indiqué M.Cunningham.

"Les Etats-Unis et d'autres pays membres de l'Otan avaient besoin d'un nouveau prétexte idéologique pour leur guerre impérialiste depuis l'effondrement de l'URSS. Ils en ont trouvé plusieurs dont +la lutte contre le terrorisme+, +la destruction d'armes de destruction massive+ et +la défense des droits de l'homme+", rappelle le journaliste. Selon lui, le problème de ces prétextes idéologiques est qu'à partir d'un certain moment, ils ne suscitent plus la confiance.

Lire aussi:

Expert: exercices de l'Otan dans les pays baltes, un signe d'impuissance US
Aux USA, les pilotes de drones quittent l'armée de l'air en masse
Le triangle Russie-Inde-Chine mettra un terme à l'hégémonie des USA (médias)
Diplomate syrien: les doubles standards de l'Occident encouragent le terrorisme
Tags:
OTAN, Finian Cunningham, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook