International
URL courte
0 1395
S'abonner

Le ministre des Affaires étrangères Gunnar Bragi Sveinsson dans son communiqué a annoncé à l’Union européenne l’annulation de sa demande d’adhésion.

Cette annonce suit les propos tenus en 2013 quand le nouveau gouvernent eurosceptique a été élu en Islande. Cette decision a provoqué des vives protestations dans la capitale, Reykjavik.

L'Islande a soumis sa candidature à l’UE en 2009. Elle fait déjà partie de l'espace économique européen, ce qui permet la libre circulation des personnes et des marchandises au sein des pays membres de l’UE.

"Les intérêts de l'Islande sont mieux servis en dehors de l'Union européenne", a justifié le ministère des Affaires étrangères sur son site internet.

Le premier ministre Sigmundur David Gunlaugsson a rappelé qu'"aucun des partis" au pouvoir n'avait envie de poursuivre le travail nécessaire avant de rejoindre les 28 Etats membres de l'UE.

Partisan de l'adhésion, le chef de file de l'opposition sociale-démocrate, Arni Pall Arnasson, a déploré un passage en force de l'exécutif, qui n'a jamais réussi à obtenir une majorité au Parlement sur le sujet.

Il avait fallu des circonstances très particulières pour que Reykjavik dépose sa candidature en 2009: le premier gouvernement de gauche de l'histoire du pays, une grave crise financière qui avait ébranlé la confiance des citoyens dans leurs institutions nationales et la chute de la valeur de la couronne, qui avait suscité l'envie d'adopter l'euro.

Lire aussi:

Erdogan espère que la France «se débarrassera au plus vite du danger Macron»
L’avocat de Trump présente au Sénat de Géorgie une première vidéo de «preuve» de fraude électorale
Macron annonce la création d'une plateforme de signalement des discriminations
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook