Ecoutez Radio Sputnik
    Logo de Boko Haram

    Afrique de l'Ouest: l'Etat islamique accepte l'allégeance de Boko Haram

    © REUTERS / Emmanuel Braun
    International
    URL courte
    L'Etat islamique (2014) (1131)
    0 215
    S'abonner

    L'Etat islamique a annoncé qu'il acceptait le serment d’allégeance du groupe islamiste nigérian Boko Haram

    L'organisation terroriste Etat islamique (EI) a accepté le serment d’allégeance du groupe islamiste nigérian Boko Haram, annoncent les médias internationaux se référant à un enregistrement audio diffusé jeudi sur les réseaux sociaux et présenté comme un discours d'un porte-parole de l'EI.

    "Nous vous annonçons la bonne nouvelle de l'expansion du califat à l'Afrique de l'Ouest car le calife, que Dieu le préserve, a accepté l'allégeance de nos frères du groupe sunnite pour la prédication et le djihad", le nom en arabe de Boko Haram, qui a annoncé début mars son allégeance à l'organisation extrémiste.

    Dans l'enregistrement d'une trentaine de minutes, le porte-parole demande aux musulmans "de se rendre en Afrique de l'Ouest afin de rejoindre nos frères combattant sur place".

    L'EI, l'une des organisations terroristes les plus cruelles, a proclamé en juillet 2014 un califat islamique sur les territoires irakiens et syriens sous son contrôle. Le groupe, qui compterait près de 30.000 combattants selon la CIA, continue son offensive, qui a déjà coûté la vie à des milliers de civils et fait des centaines de milliers de réfugiés.

    Le groupe Boko Haram, qui aspire à créer un Etat islamique dans le nord musulman du Nigeria, a revendiqué des dizaines d'attentats et d'enlèvements massifs perpétrés dans le pays. Depuis 2009, les attaques de Boko Haram ont fait plus de 13.000 morts.

    Dossier:
    L'Etat islamique (2014) (1131)

    Lire aussi:

    L'EI utilise des mineurs comme éclaireurs et donneurs de sang
    Salaires et défaites sèment la discorde au sein de l’État islamique
    Tags:
    Etat islamique, Boko Haram, Afrique, Afrique de l'Ouest
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik