Ecoutez Radio Sputnik
    Ali Akbar Salehi

    Nucléaire iranien: Riyad menace de lancer son propre programme

    © Sputnik . Sergei Pyatakov
    International
    URL courte
    Nucléaire iranien (2015) (124)
    0 415

    L'Iran et les Etats-Unis ont trouvé un accord sur 90% des questions techniques relatives au programme nucléaire iranien, ce qui n'a pas tardé à susciter l'inquiétude de l'Arabie saoudite.

    L'Iran et les Etats-Unis ont réussi à régler 90% des questions techniques relatives au programme nucléaire de Téhéran, a annoncé mardi le chef de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique, Ali Akbar Salehi, qui mène à Genève des négociations bilatérales avec le secrétaire américain à l'Energie, Ernest Moniz.  

    "Nous sommes parvenus à un accord sur 90% des questions techniques lors des discussions avec Ernest Moniz", a déclaré M. Salehi cité par l'AFP.  

    Tout porte à croire que malgré les divergences qui entravent le progrès des négociations entre Téhéran et les six médiateurs internationaux sur le programme nucléaire iranien (Russie, Etats-Unis, France, Chine, Grande-Bretagne et Allemagne), les parties finiront par s'entendre. Les résultats seront visiblement positifs: l'Iran acceptera une réduction de ses infrastructures nucléaires, mais conservera le droit de les exploiter sous le contrôle rigoureux de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA). La communauté internationale lèvera pour sa part les sanctions financières et économiques décrétées à l'encontre de Téhéran. 

    Le fils du roi saoudien, le prince Turki al-Fayçal, a déclaré lundi que si l'Iran était autorisé à développer son programme nucléaire, cela pousserait l'Arabie saoudite et d'autres Etats de la région à lancer leur propre processus d'enrichissement d'uranium. 

    Selon le diplomate et spécialiste iranien sur le Proche-Orient Seyed Hadi Afghahi, la déclaration du prince n'est rien d'autre qu'une menace susceptible de provoquer un conflit.  

    "M. al-Fayçal donne une fausse image de l'Iran. Il est regrettable qu'au lieu de chercher à vivre en harmonie avec différents pays du monde, les autorités saoudiennes attisent les tensions concernant le programme nucléaire pacifique de Téhéran. Cette position de l'Arabie saoudite est agressive, non rationnelle et incohérente", a conclu l'expert iranien.

    Dossier:
    Nucléaire iranien (2015) (124)

    Lire aussi:

    Nucléaire: Téhéran n'exclut pas l'idée d'un moratoire
    Obama: le programme nucléaire iranien doit être gelé pendant dix ans
    Nucléaire iranien: «Nos partenaires ont plus à perdre que nous», selon Téhéran
    Tags:
    nucléaire, Turki al-Fayçal, Seyed Hadi Afghahi, Ali Akbar Salehi, Arabie Saoudite, Iran, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik