International
URL courte
720100
S'abonner

L'analyste politique américain Zbigniew Brzezinski a conseillé à Barack Obama de concevoir une forme de règlement de la crise ukrainienne, qui permettrait de concilier les intérêts des Etats-Unis et de la Russie.

Au lieu de brandir les sanctions et de condamner la politique de Moscou à l'égard de l'Ukraine, le président Barack Obama devrait élaborer un règlement "universel et acceptable pour les deux parties", a indiqué Zbigniew Brzezinski, analyste politique et ex-conseiller à la sécurité nationale des Etats-Unis, dans une interview au Times de Londres.

Selon M. Brzezinski, Washington doit éviter toute rhétorique antirusse et tenter de "concevoir une forme de règlement permettant de concilier les intérêts des Etats-Unis et de la Russie".

Cette formule devrait offrir à l'Ukraine la possibilité d'avancer vers l'Union européenne tout en garantissant à la Russie que l'Otan n'envisage pas d'admettre l'Ukraine en son sein.

"Nous [les Etats-Unis] devons dire à Poutine de manière suffisamment délicate et sans chercher à l'humilier que s'il commence à manifester son activité militaire, nous n'aurons aucun autre choix que de livrer des armes aux Ukrainiens", estime l'ex-conseiller à la sécurité nationale du président Jimmy Carter.

Des responsables politiques américains ont déclaré à plusieurs reprises que la Russie était une partie au conflit en Ukraine et que la crise ukrainienne constituait un champ de bataille entre les intérêts de Washington et de Moscou. Les autorités russes soulignent pour leur part que les auteurs des "élucubrations concernant l'ingérence de la Russie dans le conflit en Ukraine n'ont jusqu'à présent fourni aucune preuve de cette assertion".

Lire aussi:

Les préceptes de Zbigniew Brzezinski ne vieillissent pas
Brzezinski: Trois voies pour la Russie en Ukraine
Caricatures: Macron se prononce pour la première fois depuis la polémique sur ses propos
Un chef partage son secret pour des pommes de terre rôties parfaites 
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook