International
URL courte
0 935
S'abonner

Une photo du premier ministre Löfven entouré de jeunes d'une vingtaine d'années, qu'il qualifie d'enfants-réfugiés, a généré des centaines de commentaires sur Facebook.

Le premier ministre suédois Stefan Löfven a recueilli jeudi plus de 700 commentaires ironiques et indignés sur sa page Facebook en publiant une photo de sa visite dans un centre pour enfants-réfugiés, où il est entouré de jeunes d'une vingtaine d'années.

"J'ai visité aujourd'hui un foyer pour enfants-réfugiés. Les enfants m'ont parlé de leur vie et de leurs rêves. Certains d'entre eux souhaitent devenir programmeurs ou hommes d'affaires. Nous avons discuté de l'importance d'avoir un diplôme et un emploi. C'est une équipe très ambitieuse", a indiqué M.Löfven.

"Où sont les enfants?" se demande un utilisateur de Facebook. "A mon avis, certains gars figurant sur la photo trichent avec les bougies sur le gâteau d'anniversaire", a noté un autre internaute.

En 2013, le Service suédois pour les migrations a rapporté que trois enfants-réfugiés enregistrés en Suède sur quatre n'étaient pas mineurs selon les résultats des examens médicaux. Pourquoi cacher son âge? Un réfugié mineur a moins de formalités à accomplir pour obtenir une carte de séjour, une allocation familiale ou un logement et pour faire venir sa famille.

"Nos enfants ont aussi besoin de travail et de logement", s'indignent les visiteurs de la page Facebook du premier ministre Löfven.

"Qu'as-tu fait pour nos retraités? Pourquoi doivent-ils payer plus d'impôts que les autres?", demandent les internautes au premier ministre.

M.Löfven a laissé les commentaires sans réponse.

Lire aussi:

Le général Lecointre quitte son poste au commandement des armées
Le refus de Biden de tenir une conférence de presse avec Poutine expliqué
Joe Biden perd le nord lors du sommet du G7 – vidéo
Le traitement anti-Covid de l’Institut Pasteur de Lille reçoit le feu vert pour les essais cliniques
Tags:
Stefan Löfven, Suède
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook