Ecoutez Radio Sputnik
    Le ministre français des Affaires Étrangères Laurent Fabius

    Fabius: l'Iran peut accéder au nucléaire civil mais pas à la bombe atomique

    © AFP 2019 DOMINIQUE FAGET
    International
    URL courte
    Nucléaire iranien (2015) (124)
    2928
    S'abonner

    La position française sur le nucléaire iranien est simple et explicite: "l'Iran peut accéder au nucléaire civil mais ne peut pas accéder à l'arme nucléaire".

    La France souhaite un accord sur le nucléaire iranien mais à condition que cet accord interdise vraiment l'accès de l'Iran à la bombe atomique, a indiqué samedi le chef de la diplomatie française Laurent Fabius sur Europe 1

    "La France souhaite un accord mais un accord robuste, c'est-à-dire un accord qui garantisse vraiment que l'Iran puisse évidemment avoir accès au nucléaire civil mais à la bombe atomique, non", a déclaré le ministre.

    Les négociations de Lausanne sur le programme nucléaire iranien ont été suspendues vendredi pour quelques jours et doivent reprendre au milieu de la semaine prochaine. Le groupe 5+1 (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Royaume-Uni et Allemagne) et Téhéran doivent parvenir à un accord qui réponde "pleinement" et de manière "vérifiable" aux inquiétudes de la communauté internationale. Ce futur accord doit garantir que l'Iran n'aura jamais la bombe atomique, en échange d'une levée des sanctions.

    Auparavant, le vice-ministre iranien des Affaires étrangères Abbas Araghchi, a annoncé à RIA Novosti que le prochain round des négociations entre l'Iran et les Six débuterait mercredi 25 mars à Lausanne.

    Dossier:
    Nucléaire iranien (2015) (124)

    Lire aussi:

    Bientôt un virage iranien des USA?
    Nucléaire iranien: les sénateurs américains mettent les bâtons dans les roues d'Obama
    Iran-Six: un volet des entretiens prend fin à Montreux
    Nucléaire iranien: Téhéran refuse le gel suggéré par Obama
    Tags:
    programme nucléaire iranien, Laurent Fabius, Iran, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik