International
URL courte
0 655
S'abonner

La base a été vendue à un entrepreneur qui l'a ensuite louée à la flotte océanographique russe.

En 2009, les autorités norvégiennes ont pris la décision de vendre la base militaire ultrasecrète d'Olavsvern, près de Tromso, cachée dans une roche et équipée de matériel électronique de pointe.

Le gouvernement a mis la base en vente sur le site finn.no, analogue norvégien d'eBay. Fait curieux, le poste de premier ministre norvégien était occupé à l'époque par Iens Stoltenberg, actuel secrétaire général de l'Otan.

Initialement estimée à 12,1 millions d'euros, la base a finalement été vendue pour 4,4 M EUR à l'entrepreneur Gunnar Wilhelmsen, qui l'a ensuite louée à la flotte océanographique russe.

Base militaire d'Olavsvern en Norvège
© Photo / olavsvern.no
Base militaire d'Olavsvern en Norvège

Récemment, le navire Akademik Nemtchinov du groupe russe Sevmorneftefizika, qui mène des recherches en matière de sismologie, est arrivé à Olavsvern. Dans une interview accordée au magazine Newsweek, l'ancien commandant en chef de la Marine suédoise Göran Frisk a jugé que "l'on ne plaisantait pas avec des navires de recherche russes".

Selon M.Frisk, de tels bâtiments étudient les possibilités de déplacement des sous-marins à propulsion nucléaire et sont eux-mêmes capables d'abriter et de mettre à l'eau des mini-submersibles.

"Il est difficile de comprendre comment le gouvernement norvégien a pu commettre une telle gaffe", a déclaré l'ex-commandant.

Cependant, les résidents locaux ne semblent pas trop préoccupés par l'apparition de navires russes dans la région et espèrent que l'exploitation de la base d'Olavsvern bénéficiera à l'économie régionale, indique Newsweek.

Lire aussi:

La Norvège veut continuer de coopérer avec la Russie
Russie-Norvège: un tunnel transfrontalier construit en 2016
Sortie de l'état d'urgence et pass sanitaire: l'Assemblée adopte finalement le texte
Un migrant en tue un autre et tente de violer une femme en pleine rue en 24h à Paris
Tags:
flotte, base militaire, OTAN, Jens Stoltenberg, Norvège, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook