Ecoutez Radio Sputnik
    Crimée

    Zone de libre-échange, la Crimée appelle des investissements

    © Sputnik . Mikhail Mokrushin
    International
    URL courte
    0 471

    La Crimée, zone de libre-échange, invite les entreprises russes et étrangères à investir dans son économie.

    Le 1er janvier 2015, une zone de libre-échange a été mise en place en Crimée, péninsule rattachée en 2014 à la Russie suite à un référendum.

    Selon Gueorgui Mouradov, représentant permanent de la Crimée auprès du président russe, la Crimée ne cherchera pas à attirer que des investissements étrangers.

    "Nous attendons non seulement des investissements étrangers, mais aussi – et en premier lieu – des investissements russes. Vous connaissez bien la situation qui prévaut dans les relations internationales suite aux sanctions illégales décrétées à l'encontre de la Russie, dont la Crimée. Voici pourquoi nous comptons principalement sur les milieux d'affaires russes", a déclaré M. Mouradov à l'agence Sputnik.

    Selon lui, malgré les sanctions, de nombreux investisseurs étrangers souhaitent s'implanter sur la péninsule.

    Crimée, Bakhtchissaraï
    © Sputnik . Konstantin Chalabov
    "Je me suis entretenu avec des investisseurs chinois et israéliens, j'ai été contacté par des investisseurs européens. Ils manifestent tous un vif intérêt pour la Crimée", a indiqué M. Mouradov.

    "Il faut désormais engager des négociations avec les partenaires étrangers et conclure des accords", a conclu le représentant de la péninsule.

    Les entreprises opérant dans la zone de libre-échange sont exonérées de la taxe sur les biens immobiliers, de la taxe foncière, de la taxe sur les transports et de l'impôt sur les revenus.

    Lire aussi:

    Crimée: création d'une zone économique spéciale
    Crimée: une zone franche favoriserait l'économie de la péninsule (Poutine)
    La renaissance économique de la Crimée
    Sanctions de l'UE: pas de menace pour l'économie de la Crimée
    Tags:
    zone de libre-échange, Crimée, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik