Ecoutez Radio Sputnik
    Policiers et secouristes français près du lieu du crash d'Airbus A320

    EXCLUSIF Le crash de Barcelonette vu par un pilote professionnel

    © REUTERS / Jean-Paul Pelissier
    International
    URL courte
    Crash de l'Airbus A320 de Germanwings (46)
    0 501
    S'abonner

    Un Airbus A320 de la compagnie Germanwings reliant Barcelone à Dusseldorf avec 144 passagers et 6 membres d'équipage à bord s'est écrasé mardi dans les Alpes françaises. Le pilote allemand Peter Brandl a répondu à plusieurs questions de Sputnik.

    - L'itinéraire Barcelone-Düsseldorf est considéré comme l'un des plus sûrs en Europe. Le connaissez-vous? 

    — C'est un itinéraire standard. Une quantité innombrable d'avions l'emprunte chaque jour. Pour autant que je sache, Germanwings l'utilise depuis assez longtemps. Il est difficile d'imaginer de quels risques il s'agit.

    - L'avion a émis des signaux de détresse quelques minutes avant le crash. Que cela pourrait-il signifier? 

    — Si j'ai des problèmes à bord, j'émets un signal de détresse pour attirer l'attention. Il est plus qu'évident qu'ils avaient des problèmes. Mais nous savons que l'avion perdait l'altitude à une grande vitesse de 4.000 pieds, soit 1.200 mètres, par minute. C'est rapide, mais ce n'est pas une chute. Une descente en urgence qu'on effectue par exemple en cas de dépressurisation de la cabine, se fait à une vitesse deux fois plus rapide que celle-ci. Nous savons également qu'il y a eu un léger ralentissement de sa vitesse après la perte d'altitude. Nous ne pouvons pas encore faire une analyse plus détaillée, mais ils avaient sans doute des problèmes.

    Hélicoptère près du lieu de crash d'Airbus A320
    © AFP 2019 Anne-Christine Poujoulat
    - Si ce n'est pas l'itinéraire, c'est l'avion qui pourrait poser des problèmes. On connaît ses caractéristiques et son âge. 24 ans en activité, est-ce un âge normal où trop élevé pour un avion? 

    — Les avions subissent régulièrement des travaux d'entretien et de maintenance à la différence des automobiles. Leur âge n'a pas d'importance dans ce cas-là. En plus, on peut affirmer que la qualité des travaux de maintenance réalisés par Germanwings était très très bonne. Germanwings appartient au consortium Lufthansa. Peu importe si j'aime cette compagnie aérienne ou non, leurs exigences techniques sont très élevées. Je prends souvent les avions de ces deux compagnies. Leur état technique et le niveau professionnel de leurs équipages sont très bons. Je n'arrive pas à imaginer que quelque chose ne soit pas bien fait exprès, pour des raisons économiques ou autres.

    - On suppose qu'il n'y a pas de survivants. Êtes-vous d'accord?

    — J'aimerais ne pas en parler. On a déjà découvert les débris de l'avion. Et on peut déjà supposer qu'il y avait peu de chances de survivre dans ce crash. Mais je ne perds pas l'espoir tant qu'il n'y a pas de preuves définitives.

    - Le pilote aurait-il dû agir autrement en cas de crash? 

    — Difficile à répondre, je ne sais pas ce que les deux pilotes ont fait. On analyse les paramètres du vol après chaque accident. Les boîtes noires permettent d'établir les causes de la catastrophe. Les pilotes étudient régulièrement les accidents aériens. Je suis moi-même instructeur pour l'étude des accidents. Nous essayons de trouver les causes des accidents et tirer des conclusions. Et si nous voyons que le pilote aurait dû agir autrement, nous l'apprenons aux pilotes.  

    Dossier:
    Crash de l'Airbus A320 de Germanwings (46)

    Lire aussi:

    Un ex-colonel de l’Armée de l’air: en Algérie, «il y a une contre-révolution»
    Premières dégradations à Paris en marge de la manifestation du 5 décembre - images
    La France va expérimenter dès 2020 une «monnaie centrale digitale»
    Tags:
    crash d'avion, Airbus A320, Germanwings, Peter Brandl, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik