International
URL courte
11478
S'abonner

Les Etats-Unis pourraient cesser de soutenir Porochenko au profit de Kolomoïski, selon les médias allemands.

Washington pourrait cesser de soutenir le président ukrainien Piotr Porochenko  et commencer à miser sur l'ex-gouverneur de Dniepropetrovsk et l'oligarque israélo-ukrainien Igor Kolomoïski, estime Deutsche Wirtschafts Nachrichten.

"Plusieurs jours se sont écoulés depuis le limogeage de l'oligarque Kolomoïski par le président Porochenko. Jusqu'à présent, il n'est pas clair si les Américains continuent de soutenir Porochenko ou bien s'ils commencent à prendre le parti de Kolomoïski", écrit le journal.

Igor Kolomoïski
© REUTERS / Valentyn Ogirenko/Files
Selon le quotidien, le "limogeage"  de l'ex-gouverneur de Dniepropetrovsk pourrait s'avérer dangereux pour Porochenko, du moment que  Kolomoïski dispose d'une armée privée forte et pourrait  "renoncer à la partie centrale de l'Ukraine".

Aux Etats-Unis,  les partisans de la ligne dure envers la Russie, tels que le sénateur John McCain ou Victoria Nuland pourraient  donner leurs préférences à Komoloïski, du moment que ce dernier est, selon Washington, leur meilleur partenaire dans la lutte contre la Russie, écrit le journal.

Les relations entre MM. Porochenko et Kolomoïski se sont dégradées suite à la décision du conseil de surveillance de la société Ukrtransnafta (propriétaire d'oléoducs ukrainiens) de démettre un protégé de Kolomoïski, Alexandre Lazorko, de ses fonctions de président du conseil d'administration de la société. Le milliardaire, accompagné d'hommes armés, s'est rendu au siège de la société et a qualifié la démission de son protégé de "prise de contrôle illégale de l'entreprise".

Lire aussi:

Ukraine: les insurgés invitent Kolomoïski à créer une république indépendante
Journal: en Ukraine, la guerre des oligarques a commencé
Où va l'argent des oligarques ukrainiens?
Ukraine: un coup d'Etat impliquant des oligarques pas à exclure
Tags:
Igor Kolomoïski, John McCain, Victoria Nuland, Petro Porochenko, Ukraine, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook