International
URL courte
Nucléaire iranien (2015) (124)
0 185
S'abonner

Il y a toujours matière à rire, même quand on négocie le dossier nucléaire iranien.

Les chefs des diplomaties occidentales réunis à Lausanne pour négocier sur le sort du dossier nucléaire iranien ont éclaté de rire à la question de savoir si un accord définitif pourrait être atteint avant la fin de la journée.

Selon la porte-parole adjointe du ministère russe des Affaires étrangères Maria Zakharova, les ministres ont "ri à l'unisson" en réponse à la journaliste.

La séance réunissait le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius, ainsi que ses homologues allemand, russe et britannique Frank-Walter Steinmeier, Sergueï Lavrov et Philip Hammond. Le secrétaire d'Etat américain John Kerry et le chef de la diplomatie chinoise Wang Yi ont également pris part à la réunion.

Auparavant, John Kerry a exprimé ses doutes quant à la possibilité de parvenir à un accord final sur le programme nucléaire dans l'immédiat.

Les négociations sur le programme nucléaire iranien durent depuis près de 12 ans. Les six médiateurs internationaux (Royaume-Uni, USA, France, Russie, Chine et Allemagne) cherchent à persuader l'Iran de limiter son programme nucléaire en échange de la levée des sanctions économiques qui pèsent contre Téhéran. Les parties doivent trouver un terrain d'entente avant la date d'échéance (jusqu'au 31 mars pour un accord politique, et jusqu'au 30 juin pour un accord détaillé définitif).

Dimanche, les chefs de diplomatie des Six se sont réunis à Lausanne où les négociations sur le nucléaire iranien sont entrées dans la dernière ligne droite.

Dossier:
Nucléaire iranien (2015) (124)

Lire aussi:

Paris met en échec la signature d'un accord nucléaire avec l'Iran
Nucléaire iranien: la France espère obtenir l'accord
Il traite ses copains de «fils de porcs» dans le 93, sa mère refuse de s'excuser auprès de l'enseignant et l'insulte
Erdogan appelle Macron à subir un «examen de santé mentale» vu son avis sur les musulmans de France
Tags:
nucléaire, Iran
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook