Ecoutez Radio Sputnik
    Paolo Gentiloni

    Rome appelle à une levée partielle des sanctions antirusses

    © East News. ASSOCIATED PRESS/FOTOLINK
    International
    URL courte
    Sanctions de l'Occident contre la Russie (350)
    0 753
    S'abonner

    Selon le chef de la diplomatie italienne, l'UE ferait mieux de prêter l'attention à de nombreux problèmes autres que la crise ukrainienne.

    L'Union européenne est obsédée par le conflit ukrainien et ne prête pas l'attention à d'autres problèmes également importants, estime le ministre italien des Affaires étrangères Paolo Gentiloni cité par le journal allemand Deutsche Wirtschafts Nachrichten.

    D'après le chef de la diplomatie italienne, une coopération avec la Fédération de Russie est nécessaire pour faire front commun face à la menace émanant des islamistes qui opèrent au Mali, au Pakistan et en Libye.

    M.Gentiloni estime également qu'un éventuel déploiement d'un contingent de maintien de la paix dans le sud-est de l'Ukraine ne contribuerait pas au règlement pacifique de la crise qui affecte la région. Dans le même temps, le ministre italien a jugé nécessaire une levée partielle des sanctions imposées à l'encontre de Moscou sur fond de ce conflit.

    L'Italie figure parmi les pays le plus touchés par l'embargo russe sur les produits alimentaires en provenance des pays ayant instauré des sanctions contre Moscou, indique le journal allemand. Cela pousse le premier ministre italien Matteo Renzi à chercher à rétablir des relations de partenariat avec la Russie.

    Pourtant, M.Renzi a "attiré les colères" de Bruxelles et de Washington en proposant au président russe Vladimir Poutine d'effectuer une visite d'Etat en Italie, écrit le journal.

    Auparavant, l'agence Bloomberg a rapporté que sept pays membres de l'UE, dont l'Autriche, l'Espagne et l'Italie, étaient hostiles à l'idée de décréter de nouvelles sanctions économiques contre la Russie.

    Dossier:
    Sanctions de l'Occident contre la Russie (350)

    Lire aussi:

    Sanctions contre la Russie: les hommes d’affaires européens sceptiques
    Schröder: il faut sortir de la spirale des sanctions Moscou-Occident
    Allemagne: la gauche vent debout contre les sanctions antirusses
    L'UE divisée sur les sanctions antirusses
    Tags:
    Union européenne (UE), Vladimir Poutine, Matteo Renzi, Paolo Gentiloni, Russie, Libye, Pakistan, Mali, Ukraine, Italie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik