International
URL courte
0 898
S'abonner

Près de 20% des Américains estiment que Barack Obama et Vladimir Poutine font peser une menace égale sur les Etats-Unis, d'après un sondage réalisé par l'agence Reuters et la société Ipsos.

Pour 19,7% et 21,2% des Américains respectivement, le chef actuel de la Maison Blanche et le numéro un russe sont des sources d'une "menace inévitable" pour leur pays. Dans le même temps, 34,8% des sondés estiment que Barack Obama ne présente "aucune menace" pour les Etats-Unis, tandis que 25,7% des Américains perçoivent Vladimir Poutine comme une menace importante.Pour 24,4% des personnes interrogées, la Fédération de Russie constitue une "menace modérée".

Parmi les menaces les plus sérieuses, les Américains ont cité les organisations terroristes Etat islamique (57,4%) et Al-Qaïda (43,4%), ainsi que le terrorisme en général (54,7%) et le chef d'Al-Qaïda Ayman al-Zawahiri (43,4%).

Viennent ensuite les menaces à la sécurité informatique (39,7%), le bourreau des otages européens de l'UE Jihadi John (38,8%), le trafic de drogue (35,9%), le dirigeant de la Corée du Nord Kim Jong-un (32%), le racisme et le fanatisme religieux (30,4%), l'Iran (29,2%) et l'islam (28,9%).

Dans ce contexte, l'agence Reuters rappelle que les Etats-Unis inspirent eux-mêmes une méfiance croissante à travers le monde. Ainsi, selon un sondage conduit par le groupe Gallup dans 65 pays, 25% des sondés sont persuadés que les Etats-Unis, seul pays du monde à avoir utilisé une arme nucléaire en temps de guerre, représentent la menace la plus sérieuse pour la paix et la sécurité mondiales.

Lire aussi:

Ebola, "agression russe" et EI, menaces mondiales selon Obama
On compte les couronnes tout en sonnant l’alarme concernant la menace militaire russe
"Menace russe": regardez une carte de l'Europe pour voir qui menace qui
Un couple gagne pour la deuxième fois au loto en 35 ans, voici leur secret
Tags:
racisme, islam, drogue, sondage, Al-Qaïda, Etat islamique, Ayman al-Zawahiri, Jihadi John, Kim Jong-un, Vladimir Poutine, Barack Obama, Iran, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook